Team Ngs, Une Maigre Récolte Aux Pays Bas
Championnat du monde GP Pays Bas à Valkenswaard


Marvin Musquin - MediaCross
Marvin Musquin Photo : MediaCross


La réussite n’a globalement pas été du côté des tricolores dans cette épreuve d’ouverture du championnat du Monde 2008, disputée dans les sables détrempés de Valkenswaard. Découvrant des conditions inédites pour eux, Marvin et Mickael Musquin ont acquis une expérience qui ne pourra que leur servir dans le futur.


Entre le sable du Pont de Normandie, l’un des terrains d’entraînement du team NGS, et celui de Valkenswaard dans la banlieue de Eindhoven il n’y a strictement aucun rapport ! Quand de plus les pluies incessantes des dernières semaines ont gorgé ce sable d’eau, c’est un véritable calvaire qu’endurent les pilotes non habitués à ces conditions !
Obligés de passer samedi par le repêchage, Marvin – victime d’une chute en manche – et Mickael – qui ne put prendre le départ de sa manche qualificative suite à un problème technique de dernière minute – connurent un sort bien différent puisque Marvin signa le second temps alors que Mickael restait sur la touche avec le vingt et unième chrono.



Seul qualifié du team, Marvin débutera mal son dimanche puisqu’une chute dès le début de la première manche lui fera perdre énormément de terrain. Reparti avec un tour de retard, il fera jeu égal avec Tarroux et Boissière – qui se classeront onze et douzièmes – jusqu’à ce qu’il ne cale dans un virage et perde une nouvelle fois beaucoup de temps.
Auteur d’une bien meilleure envolée au second départ, Marvin occupera brièvement la treizième place avant de se faire une nouvelle fois piéger par ce sable décidément bien vicieux. Une première chute, puis une seconde un peu plus forte auront raison des espoirs de Marvin qui attend avec impatience des conditions moins atypiques !



Bruno Losito « On repart quelque part à zéro puisque Marvin comme Mickael n’ont pas d’expérience des GP, et pour leurs débuts ils n’ont pas été gâté par les conditions. Marvin a un style très coulé et il lui a fallu s’adapter pour rouler dans ce sable lourd, il a réussi un bon chrono en repêchage.
En course ce fut plus dur, il s’est rapidement fait bloquer en première manche et a calé son moteur. Une fois reparti il a pris un bon rythme avant de caler, on pense avoir trouvé le remède à ce problème. Au second départ il est très bien sorti de la grille pour virer dixième, malheureusement une petite chute la vite retardé ; il est reparti assez vite, mas une autre chute l’a arrêté. Je suis un peu déçu, mais Marvin n’avait jamais roulé dans ces conditions et il a acquis une expérience complémentaire.
Mickael n’a pas eu de chance puisque Dominique a pris deux retours de kick en démarrant la moto pour partir au parc fermé, et a bloqué le barillet du kick. Le temps d’ouvrir le carter et de changer la pièce les minutes se sont égrenées et l’accès au parc fermé lui a été refusé. Au repêchage la piste avait considérablement changé et il n’y a pas eu de miracle, mais j’ai l’assurance que Mickael est bien engagé en Espagne’


Marvin Musquin « J’aurais préféré que le sable soit sec mais malheureusement il a beaucoup plus et il a fallu faire avec. Je me suis qualifié dans des conditions très piégeuses, ou il faut être costaud ; je manque encore de robustesse mais je sens bien que j’ai progressé par rapport à l’an passé, ou je ne me serais jamais qualifié.
Dimanche la piste était encore pire que la veille, car les deux catégories avaient bien détruit le circuit et je suis tombé à plusieurs reprises dans ces ornières très piégeuses. En seconde manche j’ai pris un bon départ, mais je suis tombé à deux reprises dont une fois assez violemment si bien que je suis rentré au paddock. J’ai beaucoup appris ce week-end, mais il me tarde d’arriver sur un circuit sec, peut être en Espagne dans deux semaines ?’


Mickael Musquin « Samedi on a eu un petit problème au niveau du kick, juste avant le départ de la course qualificative et le temps d’y remédier nous sommes arrivés deux minutes en retard au parc fermé.
Je me suis retrouvé au repêchage sur une piste qui avait considérablement évolué, j’ai réussi à me mettre dans le bain en prenant l’aspiration derrière Marvin mais alors que j’étais dans un bon tour je m’en suis mis une…. Ensuite je n’ai jamais réussi à me ressaisir, il me manque quatre secondes mais cet écart n’est pas significatif puisqu’à la seconde séance d’essais j’ai réalisé le 35ème temps. J’ai néanmoins appris pas mal de choses ce week-end, et cela me servira dans les semaines à venir’



MediaCross




Imprimez cet article ! Envoyez cet article à un ami !
Esprit-Racing - Webteam - 07/04/2008 07:12:21