Première Victoire De Régis Quintin En Michelin Power Cup !
Michelin Power Cup 2008 Epreuve #1 Croix en Ternois


Régis Quintin #79 Michelin Power Cup 2008 - D.R.
Régis Quintin #79 Michelin Power Cup 2008 Photo : D.R.


Voilà un bon moment que je n'avais pas fait de compte rendu sur Esprit-Racing, après presque 2 ans de pause pendant lesquels je m'étais éloigné des circuits pour des raisons personnelles, me revoilà, avec un événement dans la vie d'un pilote amateur qui mérite d'être marqué d'une pierre blanche. Je pose donc cette pierre blanche sur le site de référence, j'ai nommé Esprit-Racing !

Michelin Power Cup
Me présenter rapidement ? J'ai démarré la moto sur piste en 2003 et j’ai 31 ans.
Mes antécédents ? Quelques podiums lors de courses d'endurance (4H00 du CMC, 4H00 O3Z, ...)

Après donc quelques mois sans moto, voilà que le virus reprend le dessus et je décide cet hiver de m'acheter un R1 2007 et de participer à la Michelin Power Cup avec un ami, Sébastien Rigo (alias Bastoon).

L'objectif du concept de la Michelin Power Cup étant de faire concourir des amateurs "débutants" sur 6 manches, voilà une compétition tout à fait dans mes cordes et mes objectifs. Objectifs simples : éviter la casse et se faire plaisir, le reste étant du bonus !

Précisons par "amateurs débutants" qu'il s'agit simplement de pilotes n'ayant pas terminé dans les X premiers dans des championnats nationaux et internationaux (promosport, supersport, superbike, etc...). Sont néanmoins présents des pilotes de promosport et d'autres compétitions d'un niveau certain...

Mon R1, acheté et équipé chez Jouy Moto à Villeneuve Saint Georges, puis décoré par le pistoléro de Venom, Jérôme, mon R1 donc, est prêt pour la saison. Le plaisir passe déjà par une belle moto !

Croix en Ternois, je ne connais pas, mais j'adore découvrir de nouveaux tracés et j'apprends vite.


Jeudi – L’installation
Arrivé sur le paddock de Croix en Ternois et installation dans les règles de l'art, avec fenêtre sur le circuit. Le beau temps est de la partie, dans le ch'nord, il ne drache pas tout le temps !


Vendredi – Les essais libres
Le vendredi, 3 séances d'essais libres de 30mn me permettent de découvrir ce circuit, d'apprendre les traj' et de finir avec un chrono en 56". Accessoirement, de finir par terre en faisant un exter' avec un angle optimiste dans l'épingle après la ligne droite. Les pneus n'étaient plus très frais et me permettaient des travers depuis quelques tours, certainement beaux de l'extérieur mais peu efficaces... avec un pneu neuf, ça serait certainement passé et ça aurait été beau!... Dommage !
Peu de dégâts, la démultiplication est trouvée, les réglages ok, je suis prêt pour les qualifs du samedi.


Samedi – Les qualifications
2 séances de 30mn pour claquer une pendule. Il « drache » partout en France, sauf chez les ch'tis. Profitons de ce temps tant que ca dure...
1ère séance, 5ème sur les 40 pilotes. Le niveau des 10 premiers est bon et resserré en moins de 2 secondes, il va y avoir de la bagarre.
2ème séance, j'améliore et conserve ainsi ma 5ème position pour le lendemain. Sébastien est 3ème des qualifs et prêt à en découdre. Il a sa place sur le podium !
Le samedi soir, le staff de Michelin nous offre un Open Bar des plus sympathiques, réchauffant l'atmosphère avant la pluie qui nous guette.


Dimanche – La course
Après une nuit humide, j'évite de sortir pour le warm up sur une piste séchante et piégeuse, et profite pour me reposer.
Départ prévu à 16h25. Beaucoup trop de temps dans la journée pour cogiter et se mettre la pression de façon idiote. Alors on s'occupe, on fait la vaisselle du WE (enfin !), on se douche (encore !), on astique la moto, ...

L'heure approche, tout le monde est déjà en pré-grille, coup de speed, enlever les couvertures chauffantes, fermer le camion, etc etc... D’autant qu'on est 2 pilotes sans personne pour nous filer un coup de main, et bien sûr plus de béquille sur les motos...

On arrive en pré-grille dans les derniers et prenons position sur la grille de départ après un tour de formation.

1er départ pour 2 tours de reconnaissance... Ouch, c'est pas comme ca qu'il faut faire, c'était n'importe quoi ce lâché d'embrayage !

On est sur la grille, prêts pour le départ... c'est long... il fait chaud sous le casque et il faut rester concentré... un léger signe du directeur de course, les machines vrombissent... et paf, vert, gaz !

Je pars bien, je vois mon voisin qui se loupe un peu dans un début de wheeling qui lui fait perdre du temps et déjà on arrive au bout de la ligne droite. Ca freine, je freine, tout le monde freine... et là, j'ai l'impression d'être en ballade... mais qu'est-ce qui se passe ?

Faudrait peut-être attaquer ? J'en vois 1 ou 2 qui ont gardé leur esprit et passent entre les motos... me voilà 7ème ou 8ème à la sortie de la 1ère épingle.

Flute, ça ne commence pas très bien... Déjà, allons retrouver notre place sur la grille, ensuite, on verra bien. Je remonte donc 5ème et commence la remontée sur les 4 garçons qui ont pris le large...

Je vois mon collègue, alors 3ème, en train de courir à sa moto dans le virage de l'épingle... zut, pas cool, il tombe jamais ... puis un autre qui était devant ...

ça chute devant mais combien je suis ? Où est mon poursuivant direct ? J’en sais rien, j'ai pas de panneauteur ! Alors, à l'instar de l'endurance, je gère ma course, par rapport à mon physique, à l'évolution de mes pneus, aux dépassements des attardés.

Des questions fusent dans ma tête, sur ma position en course, qui est devant ? Qui est derrière ? Où est Sébastien ? Rester concentré, s'appliquer, faire de son mieux et se faire plaisir...

Les derniers tours s'écoulent à une vitesse vertigineuse et le damier tombe. En bout de ligne droite, je fais signe aux commissaires de piste de m'indiquer ma position... 1er... Yesss, je ne voulais pas y croire pendant que je roulais mais c'est bien ça ! In-croy-able! Je venais pas pour gagner une course ! C'est dingue ca !

J'attends mon collègue, qui après être tombé, était reparti 27ème et finit 10ème au terme d'une remontée fantastique ! Quand je lui annonce ma place, ces yeux sortent du casque et je le laisse figé sur la piste pour faire mon tour d’honneur.

Après ça, le podium, quelques photos, plier la tente, charger le camion, la route, les bouchons, décharger le camion… On est beaucoup moins fatigué quand on gagne…

Il est tard (ou tôt), dodo, réveil, métro, boulot… pour 3 jours seulement, la prochaine est à Dijon le WE prochain !



Régis Quintin #79



Imprimez cet article ! Envoyez cet article à un ami !
Esprit-Racing - Webteam - 28/05/2008 15:14:56