x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 06.07.15 | 15:23 ESPRIT-RACING.COM | 06.07.15 | 15:23


La Famille FORAY !


Le père : Jean (EUROPEAN BIKE - BMW n° 36)
Le fils : Kenny (Championnat de France Superbike - Yam n° 194)

Dans la famille FORAY, la passion s'est transmise de génération en génération !
J'ai rencontré :
- la grand'mère (mère de Jean)
- Jean
- Evelyne (femme de Jean et mère des jumeaux)
- Kenny (le plus vieux des jumeaux)
- Virginie (la compagne de Kenny)
- Casey (un an, le fils de Kenny et Virginie)
- les neveux (prochain épisode ...)

Le fils Kenny
J'essaie toujours de ne pas déranger mais c'est à la pause de midi que j'ai rencontré Kenny à son camping-car alors que Casey sortait de sa sieste.

Quand as-tu eu envie de faire de la compétition ?
On a commencé la compétition assez tard ; après c'est notre père qui nous y a mis. C'est vers 16-17 ans qu'on a commencé à en faire. On avait envie d'en faire avant mais on n'avait pas la possibilité.

Papa était d'accord, maman  a suivi ou elle était réticente ?
Il n'y avait aucun problème par rapport à ça ; elle a vite compris qu'on n'allait pas faire du foot ou de l'athlétisme.

Quels sont tes objectifs pour cette année et pour l'avenir ?

Pour cette année, c'est avant tout d'être champion de France, en catégorie stock, en superbike et après, au général, avoir une bonne place au scrach. Il y a aussi l'endurance qui est importante. On espère faire un bon Bol d'Or.
Pour l'avenir, c'est trop tôt pour en parler.

Tu vis de ta passion ?

Oui.

Ton trait de caractère principal ?
Je suis quelqu'un d'avenant.

Depuis 2010 Kenny est pilote officiel du GMT (YAM n° 94) avec lequel team il est devenu champion du Monde d'endurance en 2014 !
Actuellement, il est 2ème au classement scratch du championnat de France superbike et 1er en catégorie stock.



Le papa Jean
Quand on cherche Jean dans le paddock on est attiré par tout ce qui est jaune, mais non le bus est blanc !

Fier que les fistons fassent de la compétition ? Dans quel état d'esprit étiez-vous quand vous vous retrouviez dans les mêmes courses qu'eux ?
J'étais content quand ils étaient derrière, après quand ils allaient plus vite que moi c'était moins bien.
Non, j'étais content ; les élèves dépassent le professeur.
Je suis fier d'eux parce qu'ils ont bien progressé.

Qu'attendez-vous d'eux ?
Déjà, à la base,  je leur ai tout le temps dit qu'ils se fassent plaisir au maximum ; qu'ils ont eu beaucoup de chance de faire de la moto. Maintenant ils sont pilotes officiels tous les deux, ils vivent de la moto, donc qu'ils en profitent.

Que lui prodiguez-vous comme conseils ?
En fait y a toujours eu le conflit parent-enfant. Quand je leur donnais des conseils ils me croyaient pas ; ils allaient demander soit à leur team-manager soit à leur coach ; ils leur disaient pareil que moi et, là, ils écoutaient ; moi ils m'écoutaient pas trop "ouais à ton époque ..." En fait ils faisaient ce que je leur disais mais devant ils me disaient toujours non.

Y a-t-il eu des prises de becs quand ça n'allait pas comme vous vouliez ?
Oui il y a eu des prises de becs mais c'était jamais bien méchant.

Vous avez fait les championnats de France, d'Europe, du Monde, vous avez tout fait ?

C'était à l'époque où c'était les trois premiers du championnat de France. Fallait finir dans les trois premiers du championnat de France pour faire le championnat d'Europe et, après, quand on était dans les trois premiers du championnat d'Europe on pouvait faire les GP. Ca montait d'échelon. Maintenant, si t'as des sous, tu passes du championnat de France au championnat du Monde.

Y a de moins en moins de sous quand même ?
Ca coûte surtout de plus en plus cher. Je l'ai toujours dit depuis qu'ils sont passés aux 4 temps. Au départ ils disaient que ça coûterait moins cher ça coûte que trois fois plus.

Vous avez fait le Tourist Trophy, je savais pas.

J'ai fait le T.T. en 83,  je me suis pulvérisé ! C'est la seule année où y a pas eu de mort. Ca devait être moi mais le Bon Dieu a pas voulu de moi ; il s'est dit "il va tout me peindre en jaune là-haut on n'en veut pas !"

Et la blessure récente, ça va ?
La vertèbre ça va ; c'est l'épaule. Je n'ai plus du tout de muscle au niveau de l'épaule ce qui fait que les changements d'angles j'ai pas de force du tout. Il faudrait un circuit où ça tourne toujours dans le même sens donc là j'y arriverais peut-être, soit tout à gauche, soit un ovale. Il en faudrait un ovale je me débrouillerais mieux. Je fais ça maintenant pour m'amuser. Là j'ai vu que j'étais pas performant ; enfin c'est pas que j'étais pas performant c'est que je pouvais pas ; j'ai préféré arrêter ; ça ira mieux demain.
(Malgré des changements effectués sur la moto, Jean n'a pas pris le départ de la course du dimanche)

La retraite on la prend quand ?
Le mot retraite je sais même pas ce que ça veut dire ! J'en entends plein autour de moi qui parlent retraite !

On fait le Bol d'Or 2015 ?
Pour l'instant y a rien de confirmé. Normalement ça doit se faire. Je pense que je serai certainement informé dans le courant juillet.
Non seulement Jean comptabilise ses victoires mais il comptabilie aussi  ses fractures (52 à ce jour) et ses chutes (environ une centaine) "j'tombe pas souvent, environ deux fois par an mais comme ça fait longtemps que je cours ça fait beaucoup de chutes".

Quand on rencontre Jean y a de quoi écrire plusieurs bouquins en écoutant ses péripéties. J'ai adoré !


La maman Evelyne
Je n'allais pas non plus être à côté d'Evelyne sans lui poser de questions au sujet de ses hommes !

Evelyne, on doit pas parler chiffons tous les jours chez les FORAY ?
Non, on parle pas souvent chiffons ! C'est discussions moto, animées, à propos de tout, de ce qu'ils font, des courses en moto GP ou autres. C'est une famille de passionnés donc n'importe comment, dès qu'ils se rencontrent, c'est pour parler de leur métier déjà puisque c'est leur métier. Heureusement que j'aime ça aussi parce que sinon ce serait dur pour moi.

Pour gérer le stress ça doit pas être facile ?
Pour gérer le stress on essaie de faire avec. C'est vrai qu'avec les années on le gère mieux  forcément que quand on découvre la moto mais je dois dire que c'est quand même plus dur avec les enfants qu'avec le mari. La maman de William COSTES me l'avait dit il y a quelques années. On a beaucoup plus peur quand on voit ses enfants rouler.

Et le dernier accident de Jean ?
On essaie de pas penser à l'accident mais quand ça vous arrive et que ça vous touche de près c'est toujours une très très grosse dose de stress forcément ; mais bon on essaie de ne pas y penser.

Dans quelques années il y aura le petit-fils Casey ?

On a déjà le petit neveu, Joseph, qui roule. Au point où on en est maintenant ! Qui eut crû, il y a une trentaine d'années quand je suis allée sur les circuits avec mes enfants qu'on continuerait comme ça sur cette lancée !

Je n'ai pas pu poser de questions à Freddy, mais ayant déjà eu l'occasion de parler avec lui, je pense qu'il m'aurait donné à peu près les mêmes réponses que Kenny. Sont pas jumeaux pour rien !

Quant à Casey, avec ses gazouillis et ses petits yeux rieurs, il m'a fait comprendre que plus tard il ferait comme papy et papa : pilote moto !

C'est bon ! La relève est assurée !



Renée Durin





  • FSBK Magny-Cours (2/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (3/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (4/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (5/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (6/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (7/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (8/8) » Voir FSBK...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Tel Père Tel(s) Fils : Episode III, La Famille FORAY ! (Esprit-Racing)
    Tel Père Tel(s) Fils : Episode III, La Famille FORAY ! (Esprit-Racing)
    • Dans la même catégorie

    Plus de news »

    Publicité