x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 06.07.15 | 15:32 ESPRIT-RACING.COM | 06.07.15 | 15:32


La Famille MAURIN !


Le père : Thierry (team manager du team CMS-R2T)
Le fils : Axel (championnat d'Europe FIM CEV EUROPEAN SBK))

Dimanche 28 Juin 2015. Championnat de France Superbike à MAGNY-COURS. J'ai rendez-vous avec Axel MAURIN, dit "Flipper",  à 9 heures du matin à l'hospitality.
Sachant qu'il a pratiqué le judo pendant dix ans (Champion de Bourgogne et 4ème inter région) et qu'une simple peau de lait dans son bol de chocolat peut lui gâcher sa journée, je me dis "j'arrive à l'heure du p'tit déj' pourvu qu'il y ait pas une peau de lait dans son bol car s'il me fait une prise de judo j'vais pas faire le poids !".
Non. Tout se passe bien. Le p'tit dej' est pris et Axel est dans son camping-car.

Après avoir couru en Trophée Pirelli (vice-champion), championnat de France Supersport 2009 (14ème) - 2010 (5ème) - 2011 (8ème) - 2012 (vice-champion + Trophée Bruno Bonhuil) et championnat de France Superbike 2013 (3ème) et 2014 (7ème), il s'attaque en 2015 au championnat d'Europe FIM CEV ; il est présent à MAGNY-COURS pour une pige.

Axel, quand as-tu eu envie de faire de la compétition ?
J'ai eu envie de commencer la compétition quand mon papa m'emmenait sur les circuits et que lui faisait de la compétition ; du coup le goût m'est venu de là. Ca a commencé sur les paddocks à faire des tours de paddock en vélo.

Papa était d'accord mais maman était-elle réticente ou t'a-t-elle encouragé ?
Elle m'a soutenu dans mes saisons, après elle n'était pas réticente non plus.

Quels sont tes objectifs pour l'année et pour l'avenir ?
Cette année c'est de bien figurer en championnat d'Europe CEV si possible de décrocher le titre en catégorie "privado" et d'occuper une bonne place au classement général. Un top 5 serait intéressant. Ca risque d'être difficile tous ces objectifs à tenir  dans la mesure où je suis pas sûr d'avoir le budget pour faire toutes les courses du championnat. On se tient quand même à cet objectif et on verra jusqu'où ça nous mène.

Vis-tu de ta passion ?
Non. Je vis en parallèle de ma passion en tant qu'instructeur moto sur des stages sur plusieurs circuits dans toute la France avec différentes écoles, pour des cours particuliers, etc... C'est ce qui me permet de vivre, de rester dans mon milieu et de conserver beaucoup de temps pour la compétition.

Ton trait de caractère principal ?
Perfectionniste, jamais satisfait. (J'en connais une autre !)

Pourquoi ton surnom Flipper ?
Parce que j'ai fait quatre fois vice-champion de France en catégorie 50, 125, 600 Trophée Pirelli et 600 Supersport. La dernière fois que j'ai fait vice champion de France, Grégory LEBLANC m'avait surnommé Flipper à l'arrivée d'une course, c'est parti de là et c'est resté.

Débordé par son travail j'ai bien crû que je n'arriverais pas à voir papa MAURIN qui, lui, a été vice champion promosport 250 en 86. La rencontre de la pause de midi a été repoussée car le temps pressait pour changer un moteur. Finalement c'est après la course, alors de tout le monde remballait, qu'il a gentiment accepté de répondre à mes questions en prenant sur son temps.

Fier que le fiston fasse de la compétition ?
Oui. Ca fait une petite dizaine d'années que ça dure. Oui très très fier.

Qu'attendez-vous de lui ?
Qu'il donne le meilleur de lui-même. En tant qu'ancien pilote on a tendance à être très exigeant.

Que lui prodiguez-vous comme conseils ?
Maintenant de moins en moins ; je lui en ai prodigué beaucoup dans ses débuts maintenant son niveau de pilotage est bien supérieur à celui que je pouvais avoir à l'époque donc je dirai que je le conseille en l'observant mais je dirai que mes conseils sont moins importants qu'il y a quelques années.

Y a-t-il des prises de becs quand ça ne va pas comme vous voudriez ?
Enormément. C'est très difficile, très conflictuel la relation père-fils dans la compétition. Ce n'est pas toujours facile, par contre ça nous amène des moments excellents et aussi des retrouvailles excellentes.

Et maman MAURIN elle en dit quoi de tout ça ? Stressée sur les courses ?

Oui et non, ça dépend des fois. Je n'aime pas les départs c'est ma grande angoisse. Ca dépend des années ; ça dépend surtout d'Axel en fait, s'il se sent bien, pas bien, on essaye d'être pas stressée devant lui. On essaye surtout de ne pas lui montrer.

Vous le suivez en championnat d'Europe ?

Pas à toutes les courses ; c'était pareil en championnat de France quand il courait. Je ne pouvais pas être là tout le temps à cause du travail mais je suis toujours à la maison, j'ai les ordinateurs allumés, je suis ça de loin.

Ce qui est compliqué dans cette relation c'est que c'est un sport ;  Axel dit "on n'emmène pas sa mère à la guerre". C'est vrai il faut les motiver pour qu'ils fassent un résultat et puis d'un autre côté on est la maman, on dit "c'est mon petit poulet qui est sur la moto". C'est ça qui est compliqué à gérer pour une maman, en fait c'est de savoir "est-ce que je peux venir faire un câlin, est-ce que c'est le moment, pas le moment ?" On est toujours en retrait. Si c'est la catastrophe on est là pour essayer d'aider, mais c'est très très compliqué.

AXEL a enfin résolu le problème de cette fichue peau de lait : il boit plus de chocolat ! Comme quoi y a une solution à tout !


Merci à la Famille MAURIN !



Renée Durin





  • FSBK Magny-Cours (2/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (3/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (4/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (5/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (6/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (7/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (8/8) » Voir FSBK...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Tel Père Tel Fils, Epidose V (Esprit-Racing)
    Tel Père Tel Fils, Epidose V (Esprit-Racing)
    • Dans la même catégorie

    Plus de news »

    Publicité