x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 06.07.15 | 15:15 ESPRIT-RACING.COM | 06.07.15 | 15:15


La Famille PROTAT !


Le père : Fred
Le fils : Adrien (championnat de France Supersport sur la Yam n° 111)

En 2011, quand j'ai vu sur un programme le nom d'Adrien PROTAT parmi les engagés, et en plus sur  DUCATI, je me suis dit " c'est un nom bien connu dans le milieu de la compétition et c'est peut-être  le fiston". Pas loupé ! Confirmation m'est donnée par Jean-Yves MOUNIER, un autre pilote bien connu, qui m'indique "il est facile à reconnaître ; tu vois le père, tu vois le fils !". Effectivement ils ont le même air !

En 2010, Adrien commence la compétition par le Challenge DUCATI 848 ; il termine 3ème et est sélectionné par DUCATI pour courir le Bol.
- En 2011, il termine 11ème du Challenge Top Twin au guidon d'une DUCATI 1154.
- En 2012, il participe à trois courses de la Coupe du Monde Superstock 1000 et termine 12ème à la course de MAGNY-COURS.
- En 2013, deux casses moteurs l'empêchent de remporter le titre en European bikes et il termine vice champion.
- En 2014, changement de marque : 17ème du championnat de France Superbike sur Kawa.
- En 2015, championnat de France Supersport sur Yam. 10ème au classement général après l'épreuve de MAGNY-COURS.

Adrien, quand as-tu eu envie de faire de la compétition ?
Moi j'ai toujours eu envie ; après, le problème, c'est que ça coûte beaucoup d'argent. J'ai commencé un peu tard à 20 ans. J'aurais bien commencé plus tôt mais mon père était en fin de carrière, il courait toujours, c'était un peu compliqué financièrement et ça prend énormément de temps.

Papa était d'accord, maman a suivi ou était-elle réticente ?
Maman elle donne pas trop son avis, elle fait confiance à mon père donc y a pas de souci avec ça.

Quels sont tes objectifs pour cette année et pour l'avenir ?
Pour cette année c'est déjà continuer à progresser à chaque course, faire descendre les chronos, me rapprocher des pilotes de devant, essayer de faire un minimum de casses pour pouvoir continuer la saison parce que le budget est quand même limité et puis prendre du plaisir.
Pour l'avenir : toujours continuer à progresser ; depuis que j'ai commencé je progresse tout le temps et tant que je progresse je veux bien continuer.

Que fais-tu dans la vie ?
Je travaille chez Thierry MULOT qui est gérant du team où je suis : DUCATIMO. On travaille dans une boîte de recyclage de pneumatiques ; on trie des pneus qui viennent des garages et puis ça part pour l'exportation en Afrique, en Europe, dans des garages d'occasion.

Ton trait de caractère principal ?
Impulsif.


Fred, le papa, après s'être bagarré en course pendant plus de vingt ans dans les différents championnats (France, Europe, G.P., Mondial superbike, endurance, Moto Tour, tout-terrain) et avoir obtenu un beau palmarès dont les titres de champion de France Open 250 en 1991, champion de France Superbike en 2000 et 2001, gagné les 24 Heures du Mans en 2006, a sans doute eu du mal à raccrocher le cuir en 2010, année où le fiston prend la relève.
Mais qui dit relève dans les sports mécaniques dit mécanique, et là il excelle puisque FP RACING est là pour la préparation des moteurs et châssis.


Fier que ton fiston fasse de la compétition ?
Oui.

Qu'attends-tu de lui ?
Rien. Qu'il se fasse plaisir et ne se fasse pas mal.
C'est de plus en plus dur pour percer ; les marches sont de plus en plus difficiles à gravir donc le premier but c'est de se faire plaisir. De toute façon je pense que c'est râpé pour qu'il fasse des GP ou quoi que ce soit.

Que lui prodigues-tu comme conseils ?
C'est pas facile de conseiller son fils parce que nous, à l'époque, on ne travaillait pas comme ça. C'est compliqué maintenant parce qu'ils ont plein d'assistances sur les motos, faut regarder la télémétrie, le machin, le bidule, etc ... Je sais pas si, à des moments, ça perd pas plus qu'autre chose. Il leur manque un feeling. Je pense que les jeunes arrivent très vite à percer parce qu'ils sont doués ; ils ne font pas de moto, ils ne font que de la course, et ils ont pas de retour sur les motos. J'ai roulé avec des motos de route qui n'allaient pas, on se démerdait pour les régler. Je suis allé rouler au Castellet avec une moto de route, ça glisse de l'avant, ça glisse de l'arrière, la fourche elle bouge mais on s'habitue à ça, on corrige, alors qu'eux ils ne font que des motos de courses qui, en général, vont quand même bien puisqu'on les a préparées pour qu'elles aillent bien et après, dès qu'il y a un petit truc, ils ont du mal à comprendre qu'il faut changer le pilotage au lieu de dire c'est la moto. C'est pas facile à expliquer.

Y a-t-il des prises de becs quand ça va pas comme tu voudrais ?
Non, pas sur la course.

Adrien, contrairement à ce que ton père voulait me faire croire, tu bricoles très bien. Elle était impec cette clim. Et toi, Fred, c'est pas beau de cacher que tu vas rouler au Castellet, mais mon p'tit doigt m'a dit ...

Merci à vous deux pour l'accueil !



Renée Durin





  • FSBK Magny-Cours (2/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (3/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (4/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (5/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (6/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (7/8) » Voir FSBK...
  • FSBK Magny-Cours (8/8) » Voir FSBK...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Tel Père Tel Fils, Episode I, La Famille PROTAT ! (Esprit-Racing)
    Tel Père Tel Fils, Episode I, La Famille PROTAT ! (Esprit-Racing)
    • Dans la même catégorie

    Plus de news »

    Publicité