x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 14.05.15 | 13:45 ESPRIT-RACING.COM | 14.05.15 | 13:45


Comme disait le petit Gibus dans la Guerre des boutons ... Si j'aurais su, j'aurais pas venu !


Imola a vraiment confirmé que la catégorie Superstock 2015 n'en est plus vraiment une : la venue des pilotes du Supersport ou du CRT dans cette catégorie n'était déjà pas normale mais ne posait pas trop de problème du moins pour les meilleurs pilotes STK... mais quand des pilotes disposent de motos pratiquement équivalentes aux modèles Superbike (derniers modèles Aprilia et Ducati), rien ne va plus !

Pour info, s'ils avaient participé aux courses Superbike, ces pilotes auraient terminé entre la 8ème et 12ème place...

SUPERSTOCK 1000 : Récupération de Matthieu à Bologne jeudi après-midi, après 2 jours de galère d'avions ratés ou annulés...
Très fatigué mais boosté par sa victoire à la première course du Brésil, il se doute que la journée du vendredi ne va pas être facile car il doit se réhabituer à la Kawasaki et aux pneus Pirelli et encaisser la Jet lag.
De plus, beaucoup de pilotes Italiens sont venus rouler à Imola le week-end précédent ce qui représente un gros avantage.

Le samedi, il arrive à améliorer son temps de l'an dernier de près d'une seconde mais il est seulement 16ème.

Les pilotes autres qu'Aprilia et Ducati ne sont pas mieux lotis et peuvent oublier le Top 6.

La première Kawasaki pourtant « Officielle « de Pedercini - Staring » n'est que 10ème, Sylvain Barrier, double Champion du monde STK 1000, réussit à décrocher une « belle » 13ème place, sans parler des autres pilotes comme Guarnoni, Lanusse, Bergman ou Matthieu  aux avant-postes les années précédentes qui se retrouvent en milieu de grille.

« Partant 16ème, je n'espérais pas une place dans le top 6 mais au moins grappiller quelques points.

En quittant la Pit-Lane, alors que je réfléchissais à ma stratégie de départ, je n'ai pas vu le feu rouge; les commissaires présents à cet endroit n'ont pas réagi et m'ont laissé passer. J'ai donc du partir en fond de grille et me résigner à utiliser cette course comme un entraînement; mais la moto a coupé d'un coup dans la première grande courbe et j'ai préféré abandonner car ce genre de panne est très dangereux pour moi et les autres concurrents.

Encore un résultat nul ... je vais tenter de finir la saison du mieux possible même si je sais que le top 6 est pratiquement impossible et qu'il est difficile d'accepter de se battre pour des places de 8 ou 10 que j'estime ne pas être les miennes.
»


SUPERSTOCK 600 : En Superstock 600, le problème ne vient pas des motos qui sont elles à peu près équivalentes mais surtout des pilotes très expérimentés et dont la majorité sont sur leurs terres sur ce circuit d' lmola.
Pedro a découvert le circuit jeudi soir en scooter puis s'est lancé avec la meute le vendredi pour les essais libres sur cette piste très difficile à apprendre.
Il a amélioré de 2 secondes en 2ème séance et a pu refaire pratiquement le même chrono en séance qualificative où il a compris certaines astuces pour aborder notamment les chicanes spécifiques à ce circuit.
Après un bon départ, il gagne quelques places et réussira à terminer 24ème sur 37 pilotes au départ.

« Je suis content d'avoir pu rester au contact d'un groupe de pilotes dès le départ. Même si je ne rentre pas encore dans les points, je sens que je progresse car j'ai amélioré mon chrono de plus d'une seconde pendant la course et ce, plusieurs fois de suite. Je sens aussi que je commence à avoir la cadence du Superstock car je suis plus agressif sur la moto et j'hésite moins sur les entrées de virages et les freinages.
J'accompagnerai Matthieu à Donington en spectateur , ce qui me donnera l'occasion de connaître un nouveau pays européen, et j'ai hâte d'être à Portimao début juin.
»


Team Aspi



Cliquez pour agrandir l'image
Imola, quel avenir pour la Superstock 1000 ? (D.R.)
Imola, quel avenir pour la Superstock 1000 ? (D.R.)
  • Dans la même catégorie

Plus de news »

Publicité