x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 15.05.13 | 21:28 ESPRIT-RACING.COM | 15.05.13 | 21:28


Sur un circuit d’Imola qu’il découvrait, Simon Gachet a validé son premier objectif de rookie de la Formula Renault 2.0 : atteindre un niveau de performance pure lui permettant de viser à court terme le Top 10.


Cet espoir ne s’est pas concrétisé à Imola, où tout est allé de travers en qualification, au sens propre comme au sens figuré, pour le jeune Isérois.

Se rendre à Imola s’apparente toujours à un pèlerinage pour les passionnés. Situé à 80 km de Maranello, l’autodrome bolognais a été baptisé « Enzo e Dino Ferrari » et reste marqué par le souvenir tragique des accidents d’Ayrton Senna et Roland Ratzenberger lors du Grand Prix de Saint-Marin 1994.
« Ce circuit est tout simplement magnifique » constatait Simon.

« Le jeudi, j’ai fait le tour à pied et j’ai été très impressionné par les drapeaux brésiliens et les photos d’Ayrton Senna disposés aux abords de l’ancienne courbe de Tamburello. »

La Formula Renault 2.0 ALPS fait recette. Le plateau du rendez-vous printanier d’Imola a progressé de 29 à 38 monoplaces en douze mois. Le trafic est donc intense lors des essais libres. Simon apprend le tracé pendant la première séance, perfectionne ses trajectoires dans la deuxième avant de s’élancer à l’assaut de la troisième équipé de pneus neufs. Il signe alors un excellent 13ème temps, parmi les meilleurs débutants du championnat !

« J’étais content de mon chrono et confiant pour la séance de qualification du samedi matin. Malheureusement, elle ne s’est pas du tout déroulée comme prévu. J’ai tout de suite trouvé la voiture bizarre. L’accélérateur restait légèrement ouvert lorsque je levais le pied. Je pensais pouvoir quand même faire un temps, mais dans la grande courbe de Piratella, qui passe à environ 180 km/h, elle m’a échappé et j’ai fait un 720°. » Traduction : 720° = deux fois 360°, soit quatre tête-à-queue.

« J’ai discuté avec l’équipe par radio et décidé de continuer. J’ai alors effectué un tout droit dans une chicane qui a endommagé l’aile avant. Je suis rentré au stand pour chausser mon deuxième train de pneus neufs, mais à chaque tentative de boucler un bon tour, je tombais sur un pilote moins rapide ou partant à la faute. Au moment où je réalisais mon meilleur temps, la séance a été stoppée au drapeau rouge. »

Simon ne peut pas espérer grand-chose de places en quinzième et seizième lignes. L’épreuve de clôture du championnat étant programmée sur le même circuit d’Imola en octobre, il décide, sur les conseils de son team-manager Arnaud Tanguy, de transformer les deux courses en séances d’essais grandeur nature. La première se termine à la 24ème place et la deuxième… au milieu d’un bac à graviers dans la bousculade du départ.

S’il se montre aussi compétitif en qualification à Spa qu’aux essais libres d’Imola, le lauréat du Volant Euroformula 2011 peut réussir un beau résultat en Belgique les 8 et 9 juin prochains.

Romane Didier / future racing commm



Cliquez pour agrandir l'image
Simon Gachet (FotoMorale)
Simon Gachet (FotoMorale)
  • Dans la même catégorie

Plus de news »

Publicité