x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 12.04.12 | 17:38 ESPRIT-RACING.COM | 12.04.12 | 17:38


Si quelques pilotes pouvaient prétendre à la victoire finalement, un seul aura cette chance : Julien Toniutti était l'homme de fer de ce 55ème rallye de la Sarthe. Retour sur un samedi pas comme les autres.


LE BUGATTI EN ENTREE
C'est à 7 h 30 sonnante que le sidecar d'Hervé Laur et Marie Laure Férrieu a pris le départ de la ville de La Suze sur Sarthe. Pensez-donc que c'est le 55 ème rallye organisé de main de maître par les deux associations phares du 72, l'ASMACO et l'ASCOP. Chapeau car dans la longévité, il y a aussi la qualité. De la qualité il en faut pour faire passer 150 équipages sur le Bugatti. A ce jeu, l'ancien pistard Bruno Langlois a fait l'inter à tout le monde. Il est suivi de près par un autre transfuge de l'endurance, Olivier Ulmann, nouveau venu sur les rallyes routiers. On en reparlera... tout le week-end. En troisième place on trouve un vice-champion de France, Julien Toniutti, pilote officiel KTM, à moins de 8 secondes. Nicolas Derrien, le champion de France sortant n'est qu'à 10 secondes suivi par un étonnant Tony Chereau à 17 secondes. La course est lancée entre ces cinq-là !


DES SPECIALES ROUTIERES QUI FONT MAL
Lors de la toute première spéciale routière, Nicolas Derrien, sur sa nouvelle BMW Panda se sort fort (visiblement en décrochant de l'arrière). Il abandonne et la course est interrompue une heure environ, le service médical s'afférant autour du champion de France sortant. Finalement, les radios ne montreront qu'une côte cassée et de multiples contusions. L'essentiel est sauvegardé. La machine, elle, est un peu plus chiffon.

Retour à la race : sur le ES1, Tony Chereau décidément très en verve met d'accord tout le monde. Il faut regarder la neuvième place pour trouver la KTM de Julien, juste derrière un certain Bruno Langlois. Olivier Ulmann est devant tout comme Florent Derrien sur son mono ! A signaler également la perf de Renaud Fanon, qui place son 690 Duke dans le top 5.

Au gré des spéciales, tout ce petit monde se tire la bourre à qui mieux mieux, si bien qu'avant d'entamer la deuxième étape du rallye, celle-là nocturne, les positions sont les suivantes : le corse Bruno Langlois est en tête, suivi de 4 secondes par le néophyte Olivier Ulmann, Julien Toniutti clôturant le podium à 6 secondes. Le pilote KTM étant particulièrement rapide de nuit, on se dit que la suite va être passionnante.

La SP5 (première spéciale de nuit) voit la victoire de Tony Chereau avec un Julien Toniutti à 3 secondes. Saluons au passage l'extraordinaire performance de l'équipage de sidecar Hervé Laur/Marie Laure Ferrieu qui hisse leur attelage sur le podium de cette spéciale : simplement hallucinant ! Bruno Langlois prend seulement la 5ème place et son leader chip est menacé. Tony Chereau scratche encore la spéciale suivante avec un Julien à seulement 7 centièmes de seconde : chaud les marrons. Bruno Langlois étant relégué à plus de 3 secondes, on se dit que le vainqueur pourrait être Tony Chereau !

C'était sans compter sur les performances du pilote orange qui scratche la dernière spéciale avec plus de 4 secondes sur Tony : Julien sort vainqueur de ce rallye. A noter que Bruno Langlois part à la faute mais peut terminer ce rallye malgré une épaule récalcitrante. Cette faute lui fait perdre un podium qui lui était largement destiné au profit d'un étonnant Tony Chereau et d'un non moins étonnant Olivier Ulmann. On sent que ce beau monde va se retrouver dans trois semaines en Corse.

Dans les autres catégories, l'équipage Hervé Laur et Marie Laure Ferrieu domine outrageusement le reste du monde (plus de 45 secondes sur le deuxième Quilbaut/Fouet)

En sport (moins de 650 cc bicylindres ou mono de moins de 400 cc) Thierry Canazzi, un des membres de la Dream Team Corse venue en nombre et en qualité ce week-end, retrouve des sensations et la plus haute marche du podium.

En 125, Dominique Subias pourtant grandement expérimenté laisse filer la victoire pour le jeunot Tanguy Brebion. ll faut dire que notre mascotte a jardiné (dans le jargon, s'est perdu dans une étape de liaison), avec le lot de pénalités en prime.

En classique, l'inévitable Patrick Cosnuau sur sa toute nouvelle VFR 750 de vingt ans d'âge à damé le pion à Eric Fortin. Côté anciennes, c'est Gaël Airaud qui l'emporte.

En mono, le jeune Paul-Christian Piazza, lui aussi de la Dream Team Corse, a devancé Florent Derrien et Renaud Fanon.

Mais le rallye ce n'est pas que du sport, c'est toute une famille ! Elle a répondu présent lors de la remise des prix avec plusieurs moments d'émotions particuliers. Celui où le premier vainqueur du Rallye (il y a 55 ans !), Raymond Lala, est monté sur l'estrade. Celui aussi où le doyen des participants à ce rallye 2012, 70 ans d'âge s'il vous plait, salue le plus jeune participant, Matéo Moisé. La transmission ça compte dans la famille rallye, et pas que par chaîne !



Cliquez pour agrandir l'image
Le podium 125 avec le jeunot et le vieux Dominique Subias : un des moments d'échange de la famille rallye. (photos-polo.com & Sandra)
Le podium 125 avec le jeunot et le vieux Dominique Subias : un des moments d'échange de la famille rallye. (photos-polo.com & Sandra)
  • Dans la même catégorie

  • Rallyes Routiers 2012, le Bugatti en ouverture !

  • YAMAHA Motor France Partenaire du Dark Dog Moto Tour 2011

  • Yamaha Motor France Partenaire du Dark Dog Moto Tour 2011

  • 1ère édition du Campus Rally dans le cadre du Festival Moto & Scooter

  • Dark Dog Moto Tour 2010

Plus de news »

Publicité