x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 03.05.12 | 17:26 • Mis à jour le 07.05.12 | 08:00 ESPRIT-RACING.COM | 03.05.12 | 17:26 • Mis à jour le 07.05.12 | 08:00


Avant la cinquième épreuve du championnat de France Elite MX à Plomion, voici une interview des pilotes régionaux Thomas ALLIER, Cyrille COULON et Christophe MARTIN.


Ils seront certainement les animateurs de l'Elite dimanche à Plomion. Entre les stars du mondial et des amateurs de haut niveau qui retirent peu d'avantages de leurs talents, il existe un groupe d'une dizaine de pilotes français, les "privés" qui parviennent à vivre (parfois modestement) du motocross.

Leur luxe ? Vivre de leur passion.


Trois régionaux
Parmi eux, trois seront de la région : Thomas ALLIER et Cyrille COULON les Picards et Christophe MARTIN licencié à l'UMMarne le club Rémois et originaire de Chalons sur Marne.

Une camionnette, un camping-car, un auvent, leur équipement est bien plus modeste que les imposantes semi-remorques des teams du mondial nécessaires pour abriter matériel, mécaniciens, coach, team-managers… etc

Tous les trois ont, avec des fortunes diverses, roulé en Championnat du Monde dans des teams plus ou moins importants.

Contre-performances, blessures, concurrence de pilotes qui arrivent avec le budget d'un sponsor, ils sont redevenus "privés".

En plus des entraînements et des courses, ils sont maintenant obligés de tout organiser pour faire vivre leur petite structure, trouver les financements et dégager un salaire.

Une différence de statut qui ne les empêche pas de jouer dans la cour des grands Les moyens diffèrent, le discret Christophe Martin a longtemps roulé en Suisse où le niveau est moins relevé avant de trouver un team italien, Coulon très bon en supercross alimente la cassette avec le sx tour l'hiver et le championnat Allemand de courses en stades, Allier, sixième du Touquet cette année verrait bien une reconversion dans les courses de sable.

Tous participent à des cross inter. Là, il leur faut négocier des primes de départ avec l'organisateur qui constitue son plateau.

Une bonne performance en Championnat Elite et voilà est une référence indiscutable pour définir leur côte et monnayer leur participation. Mais pour les trois Plomion est bien davantage. Chacun y a connu le succès à haut niveau et depuis le public leur est acquis. Leurs supporters font le déplacement.


Thomas ALLIER : faire un coup !
"Sixième au Touquet, j'avais bien commencé la saison ensuite je me suis blessé et j'ai loupé les deux premières étapes de l'Elite. Pour ma reprise, j'ai terminé deux fois dans les cinq, mais je me suis encore blessé, à la cheville, lors d'un cross inter. Pour Plomion, j'ai retiré mon plâtre plus tôt que prévu. Pas question de louper ça, ici c'est chez moi.
J'ai terminé cinquième à Ste Austreberthe (près de Rouen) le 1er Mai (une des plus anciennes courses inter française) où Pichon a gagné. Le plus important c'est que la cheville à l'air de tenir. J'ai un peu d'appréhension mais c'est supportable.
"

Ton objectif pour Plomion ?
"Je veux faire fort ! mais je préfère ne rien dire. j'ai toujours bien roulé sur ce circuit (troisième du mondial mx3 en 2008) et j'ai des supporters. Avec le plâtre, je manque d'entraînement. Cela pourrait se ressentir en fin de manche. Si je remonte au classement provisoire, j'envisagerai de participer à la dernière épreuve près de Toulouse, pour essayer de décrocher les primes associées au classement final.
Elles ont été réévaluées, je comptais un peu la-dessus… Le budget, toujours le budget,. Le privé doit avoir une calculette sous le casque !
"


Cyrille COULON prendre de bons départs
Si la blessure à la tête et aux cervicales qui l'a éloigné plusieurs mois des circuits lui procure encore des nausées lorsqu'il est allongé, le Picard ne ressent plus de gêne sur la moto.
"Le début de saison a été difficile, je souffrais des bras. J'ai changé les réglages de ma fourche, j'essaie de rouler plus relâché, cela va mieux.
Le 1er mai, comme je n'avais pas de bon engagement je suis allé rouler sur le circuit d'Ailly pour me préparer. Plomion c'est une course que je ne raterai pour rien au monde, la piste est belle et toujours bien préparée, c'est dans la ligue de mes débuts, un rendez-vous à la maison en quelque sorte.
"

Tes objectifs ?
"Je dois absolument faire un top 5 dans chacune des manches. Depuis le début de la saison je fais de bons chronos mais de mauvais départs.
J'effectue de belles remontées, mais si tu ne pars pas parmi les huit premiers c'est impossible de revenir devant, le niveau a encore progressé. Il suffit de voir le début de course de Soubeyras dimanche dernier au GP d'Italie, troisième devant Cairoli, le champion du monde en titre, pendant le premier quart d'heure de course. Même s'il a baissé de rythme ensuite, il fallait avoir la vitesse pour le faire.
Savary le concessionnaire Suzuki qui m'aide et prépare mes machines est de Charleville, c'est à côté de Plomion, une raison de plus pour ne pas rater cette date particulière dans mon calendrier.
"



Christophe MARTIN : En famille
Peut-être le plus installé des trois ?
Incorporé depuis deux ans dans un petit team italien, le discret "Tof" Martin n'a pas hésité très tôt dans sa carrière à s'expatrier pour vivre de sa passion.
Avant l'Italie, il a roulé quatre saisons en Suisse, sans toutefois abandonner l'Elite, le championnat de référence en Europe, la jauge.
De bonnes dispositions en supercross et un relationnel des plus agréable lui valent l'attachement de ses sponsors, un groupe d'Italiens passionnés.
A Valence, où il vit et où il s'est construit un circuit de supercross pour l'entraînement, le garçon sage du cross français est idéalement situé pour partager sa saison de chaque côtés des Alpes.

Comment abordes-tu Plomion ?
"C'est d'abord le moment ou je reviens dans ma région, dans ma famille. Après Plomion je roulerai aussi à Hermonville, l'occasion de retrouver mes amis, mes supporters et certains adversaires de mes débuts. J'ai toujours bien marché à Plomion, fait plusieurs podiums. D'ordinaire je préfère les terrains techniquement plus difficiles et moins rapides aussi. Il faut croire que Plomion me convient bien tout de même !
Je suis sixième du provisoire, les écarts avec ceux qui me précèdent ne me paraissent pas insurmontables et les premières places du classement final payent bien, c'est à prendre en compte !
Dans la dernière épreuve, à Ernée, je suis arrivé fatigué, saturé. Je venais de passer un mois en cours à préparer mon brevet d'état de formateur. La tête n'y était pas. L'envie est revenue, je vais réagir…. je me verrai bien sur le podium !
Ensuite je reprendrai l'entraînement de supercross pour préparer les six courses du championnat d'Italie qui sont concentrés sur les mois de juin et août. C'est aussi un peu la vie de bohème, celle de pilote privé.
"



Didier HOUISSE pour www.motocrossplomion.com





  • MX Elite à Plomion 2/4 » Voir MX Elite à...
  • MX Elite à Plomion 3/4 » Voir MX Elite à...
  • MX Elite à Plomion 4/4 » Voir MX Elite à...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Internationaux de France de motocross (D.R.)
    Internationaux de France de motocross (D.R.)
    • Dans la même catégorie

    • Championnat de France Elite MX Plomion, les bénévoles mobilisés !

    • Cinquième épreuve du championnat de France Elite à Plomion

    • Team Rockstar Bud Racing Kawasaki , des victoires sur tous les fronts !

    • Maxime Desprey toujours en tête du championnat de France Elite MX2

    • Maxime Desprey aux commandes du Championnat Elite MX2

    Plus de news »

    Publicité