x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 29.06.12 | 11:23 ESPRIT-RACING.COM | 29.06.12 | 11:23


Le pilote de Seine-et-Marne Grégory Guilvert participe cette saison à trois championnats « Grand Tourisme » majeurs, avec différents coéquipiers mais toujours au volant d’une des Audi R8 LMS Ultra du team Saintéloc Racing.


Il a déjà visité sept circuits et remporté deux victoires retentissantes, en ouverture du championnat d’Europe FIA GT3 à Nogaro et du championnat de France FFSA GT à Lédenon.

Depuis, il a signé d’autres performances tout aussi impressionnantes, mais qui ont pu passer inaperçues faute d’avoir été récompensées par le champagne du podium. Cela méritait un coup de projecteur, au moment où Greg se prépare à rejoindre David Hallyday et Jérôme Demay sur le circuit Paul Ricard HTTT pour disputer la troisième manche de la Blancpain Endurance Series.

En pole à Dijon-Prenois
Greg a survolé les qualifications de ce deuxième rendez-vous du championnat de France FFSA GT. Il a en effet décroché la pole position dans la deuxième séance, celle des pros, avec 0’’376 d’avance sur la Porsche d’Anthony Beltoise. Le résultat n’a pas été conforme aux ambitions, mais la paire Guilvert-Lamic a sauvé son week-end en terminant les deux courses d’une heure dans le Top 10.

« Je travaille beaucoup avec l’équipe pour peaufiner le set-up de l’auto qui me convient de mieux en mieux. Ainsi, je me contente de quelques tours aux essais libres (1er et 3ème des deux séances en Bourgogne NDLR) pour laisser un maximum de temps de roulage à mon coéquipier Paul Lamic. Dans le passé, il n’a pas souvent eu l’occasion de conduire des voitures disposant d’autant d’appuis aérodynamiques que la R8 LMS Ultra. »

Paul Lamic a qualifié l’Audi à la 11ème place et il est 13ème au moment de passer le relais à Greg. Celui-ci remonte à grandes enjambées en réalisant le 2ème meilleur temps en course et termine 7ème.

Le lendemain, c’est au tour des « pros » de s’élancer les premiers.
« J’étais en pole, mais convaincu que je n’entrerais pas en tête dans le premier virage. Notre voiture possède un excellent châssis mais elle est bridée en puissance par la « Balance de Performance » de la Fédération Internationale de l’Automobile, qui a pour objectif d’équilibrer le plateau. Deux Porsche m’ont débordé au feu vert. Elles nous « collaient » 15 km/h en pointe, soit une trentaine de mètres en fin de ligne droite. Je les rejoignais après quelques virages avant de « klaxonner » sans possibilité de placer une attaque. Mon relais a donc été frustrant. Grâce au handicap-temps des teams qui avaient fini sur le podium la veille, Paul a tout de même pu repartir 2ème pour finalement marquer les deux points de la 9ème place. »


La plus rapide des Audi à Silverstone
Les courses de trois heures de la Blancpain Endurance Series font le buzz cette année avec neuf marques représentées, 55 voitures engagées à Monza et 50 à Silverstone. On en attend presque 60 au Paul Ricard le 1er juillet ! La R8 LMS Ultra n°40 est inscrite dans la catégorie « Pro Am », la plus pléthorique, Greg cohabite donc avec deux pilotes amateurs. En Italie, il avait marqué les esprits en signant le meilleur tour en course et il a confirmé en Angleterre qu’il faisait partie des meilleurs pilotes de GT européens.

« Le résultat ne le reflète pas mais le week-end a été fantastique. En qualification, mon but était de décrocher la meilleure place de grille possible, et de battre les autres Audi. Mission accomplie avec le 5ème temps (3ème de la classe Pro Am), 6 dixièmes devant l’Audi-WRT de Stéphane Ortelli. Cela prouve la qualité du travail de l’équipe Saintéloc Racing, surtout quand on connaît les liens privilégiés avec l’usine de nos adversaires, qui de plus ne font courir que des pilotes pro.

Dimanche, sous la pluie, Marc Sourd n’était pas très à l’aise en début de course. Jérôme Demay a chaussé des pneus neufs pour la deuxième heure, mais le comportement de l’auto n’était pas idéal et nous étions « P36 » quand il m’a laissé le volant. Nous n’avions plus guère de chance de marquer des points. L’équipe a eu l’idée, un peu étrange mais géniale, de me monter les pneus que Marc avait utilisés au début. J’étais largement plus vite, parfois de plusieurs secondes au tour, que les voitures de tête, et notamment les Audi-WRT qui ont terminé 2ème et 3ème de l’épreuve. »


Val de Vienne : encore un meilleur tour !
Faute de podium, Greg a quitté le Val de Vienne avec une double satisfaction : une moisson de points plus consistante qu’à Dijon qui lui permet de rester dans la lutte pour le podium final du championnat de France, et un meilleur temps en course signé samedi dans des conditions… extrêmes.

« Deux semaines avant le Val de Vienne, nous avons organisé une journée d’essais privés au Paul Ricard pour aider mon coéquipier Paul Lamic à mieux apprivoiser l’Audi. Il s’est également entraîné avec une Formule Renault car ce type de monoplace procure pas mal d’appuis aéro. Tout cela a contribué à l’amélioration de nos résultats en course puisque nous avons terminé 7ème et 6ème, mais je pense que nous aurions pu jouer le podium.

Samedi, Paul a légèrement tapé une voiture dans la cohue du départ. En prenant mon relais, j’ai découvert de grosses vibrations et c’est avec le volant braqué à 45 degrés en ligne droite que j’ai fait le meilleur tour. Je convoitais la 6ème place d’Olivier Panis quand j’ai commis une petite faute sur un blocage de boite en rétrogradant de 4ème en 3ème.

Au départ de la course 2, Stéphane Ortelli a tout fait pour m’empêcher de passer pendant 16 tours. J’ai essayé devant les stands quand il s’est loupé dans le virage précédent, mais il a préféré m’emmener dans l’herbe. Il a fait une autre erreur un peu plus tard, dont j’ai pu profiter. Puis, j’ai buté sur la Ferrari de Morgan Moullin-Traffort qui était très rapide en ligne droite. Du coup Dino Lunardi est revenu me menacer et dans le dernier tour du relais et en freinant tard pour lui résister, la boite s’est mise en position neutre. J’ai perdu 5 secondes, Paul s’est fait passer par deux Porsche juste avant le safety-car et nous avons fini 6ème. »


L’équipe Saintéloc retrouvera les joies de l’endurance internationale ce week-end au Paul Ricard, où David Hallyday, absent à Silverstone, fera son retour aux côtés de Greg et Jérôme Demay.

« David est un super mec. Quand il s’implique avec un team, il le fait à fond, il est à l’écoute car on sent qu’il veut vraiment un résultat. »

Prochaines épreuves :
30 juin/1er juillet : 3ème manche de la Blancpain Endurance Series au Paul Ricard HTTT
7/8 juillet : 5ème et 6ème manches du championnat d’Europe FIA GT3 à Portimao (Portugal)
14/15 juillet : 7ème et 8ème manches du championnat de France FFSA GT à Magny-Cours

Romane Didier / future racing commm



Cliquez pour agrandir l'image
Les cadences infernales de Greg Guilvert (future racing)
Les cadences infernales de Greg Guilvert (future racing)
  • Dans la même catégorie

  • Seconde édition d'Autodrome Radical Meeting

  • Un week-end « sans » pour Victor Sendin

  • Le brelan de l'as des as !

  • F4 Val de Vienne, Simon Gachet de nouveau aux avants postes

  • Asian Le Mans Series, Cyndie Allemann impressionnée par la nouvelle série asiatique.

Plus de news »

Publicité