x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 17.07.12 | 21:03 ESPRIT-RACING.COM | 17.07.12 | 21:03


Grégory Guilvert a dignement célébré la fête nationale en transformant son 14 juillet en véritable feu d’artifice !


Samedi, il a allumé la mèche en décrochant la pole position des pilotes « pros » avant d’en faire voir de toutes les couleurs à ses adversaires et d’offrir au public de Magny-Cours une fin de course explosive : dans l’avant-dernier virage, un dépassement lumineux lui a permis d’entrer en leader dans l’ultime chicane et de franchir en vainqueur la ligne d’arrivée.

Le bouquet final a été tiré dimanche sous la forme d’une 2ème place qui permet au duo Guilvert/Lamic et à l’équipe Saintéloc Racing de se hisser au 3ème rang du championnat de France FFSA GT…

Dans plusieurs régions de France, des spectacles pyrotechniques ont dû être annulés en raison de la météo, mais les concurrents du championnat de France FFSA GT sont passés entre les gouttes à Magny-Cours. C’est pourtant sur un asphalte encore humide que la grille de départ de la course 1 s’est dessinée samedi matin. Greg justifiait ainsi le 11ème temps de son coéquipier Paul Lamic dans cette première séance : « La piste a séché plus vite que prévu et nous sommes passés trop tard des pneus pluie aux slicks. »

Les pilotes « A » ont ensuite pris le relais pour une deuxième séance que Greg a littéralement survolée. Son chrono de 1’39’’342, synonyme de pole position pour la course 2 restera la meilleure performance absolue du week-end.

Au début de la première course, Paul Lamic évite les embûches du peloton pour grimper en 6ème position, à une vingtaine de secondes de la tête, au moment de passer le volant à Greg.

« Paul a bien roulé et m’a rendu une voiture saine. Il a un pilotage propre et dégrade très peu les pneus. J’ai pu attaquer à fond dès ma sortie des stands. »

Le Francilien double une Ferrari, une Viper et bénéficie de la pénalité infligée à la McLaren. La lutte pour la victoire peut alors commencer entre la Porsche d’Anthony Beltoise, la Ferrari de Morgan Moullin-Traffort et l’Audi R8 LMS Ultra de Greg, qui signe au passage le meilleur tour en course.

« J’ai doublé Morgan à la sortie de la courbe d’Estoril, il est resté dans mon sillage et m’a mis la pression jusqu’au bout. Je suis revenu sur Anthony et j’ai remarqué que j’étais plus rapide dans les trois chicanes. Dans le dernier tour, j’ai fait mine de l’attaquer au Château d’Eau, il a protégé l’intérieur et je l’ai croisé à la sortie du virage. Nous avons entamé la descente rétro contre rétro mais j’étais à la corde pour le freinage du Lycée. »
Une demi-seconde seulement sépare Greg de la Ferrari classée 3ème sous le drapeau !

Au lendemain de cette deuxième victoire 2012 de l’équipage Guilvert/Lamic, Greg est en pole position mais il faut bien sûr tenir compte du handicap-temps de 15 secondes que les vainqueurs sortants doivent observer lors du « pitstop ».

« L’Audi possède d’importants appuis aérodynamiques mais le revers de la médaille est un déficit en vitesse de pointe. Ludovic Badey m’a dépassé peu après le départ, j’ai subi son rythme pendant quelques tours avant de revenir mais il a connu un problème de boite. J’ai récupéré la tête de la course et j’avais creusé un écart d’une dizaine de secondes sur Olivier Panis à la fin de mon relais. »

Paul Lamic repart 2ème et se trouve en position de reprendre le commandement quand la Ferrari de Debard/Panis écope d’un drive through…

« Grégoire Demoustier, au volant de la McLaren ART Grand Prix, était légèrement plus rapide à ce stade de la course. Il a doublé Paul qui est resté menaçant mais il a préféré assurer la 2ème place qui nous permet de revenir dans la lutte pour le podium final du championnat. »

43 points en un week-end : personne n’avait réussi une telle moisson depuis le début de la saison !

« L’équipe Saintéloc est pour beaucoup dans ce succès. C’est une grande famille avec une super ambiance. Le patron Sébastien Chétail est là pour tout organiser mais il laisse une grande marge de manœuvre à ses employés. Peu de teams arrivent à fonctionner comme ça. Les mécanos et les ingénieurs se donnent vraiment à fond, ce qui correspond tout à fait à ma philosophie dans la vie. Samedi, je ne pensais pas être en mesure de remonter si haut, mais l’auto était parfaitement préparée et réglée. En général, nous arrivons à être très compétitifs en fin d’épreuve. Je dois aussi saluer Paul, mon coéquipier, qui monte en puissance course après course et qui était un des meilleurs pilotes « B » ce week-end. Enfin, il faut souligner la belle vitalité de la discipline avec trois marques différentes sur le podium à l’arrivée des deux courses. »

La plus grande course d’endurance de la discipline « Grand Tourisme » aura lieu les 28 et 29 juillet sur le plus beau circuit de monde. Grégory devrait être de la fête aux 24 Heures de Spa dans la catégorie Pro Cup avec, une nouvelle fois, des vues sur le podium…

Romane Didier / future racing commm



Cliquez pour agrandir l'image
Greg Guilvert, l’expert de Nevers ! (Leslie Raiwoit)
Greg Guilvert, l’expert de Nevers ! (Leslie Raiwoit)
  • Dans la même catégorie

  • Kevin Estre à l'assaut de l'infernal trio en Supercup… et de retour en France pour la fête nationale !

  • Hexis Racing: la série de podiums mondiaux se poursuit

  • Kévin Estre, Espagne, Allemagne, la hargne !

  • Le Mondial de l'Automobile 2012, un salon innovant et interactif !

  • GT France et Endurance: les cadences infernales de Greg Guilvert

Plus de news »

Publicité