x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 01.06.11 | 10:39 ESPRIT-RACING.COM | 01.06.11 | 10:39


Steven Frossard sera l’un des hommes en vue ce week-end à Saint Jean d’Angely, ou se disputera le Grand Prix de France de Motocross. Cinquième du classement provisoire, le Lyonnais fait partie des vainqueurs potentiels en catégorie MX1.


Gagner un Grand Prix n’est jamais simple, et Steven Frossard en sait quelque chose. Il a en effet du patienter quasiment quatre ans avant de signer l’an passé un premier succès lors du Grand Prix de Suède MX2, et son compteur reste bloqué à cette simple unité.
Sa combativité aurait sans aucun doute du lui en offrir d’autres, mais son apprentissage a été plus long que prévu dans cette catégorie MX2 très relevée. Mais le bagage accumulé lors de ces quatre saisons passées au sein du team CLS est tel que dès ses débuts en 450 - la catégorie reine du Motocross - le Lyonnais, longtemps licencié au MC Angérien, a confirmé qu’il serait un sérieux client pour la victoire.

Intégré au team Yamaha Rinaldi qui est l’une des équipes de référence du paddock depuis deux décennies, il a dès le premier GP en Bulgarie trouvé ses marques dans cette catégorie qui sied mieux à son gabarit. Jusque là souvent obligé de piloter en force sa 250 Kawasaki pour compenser les quelques kilos de différence avec les jockeys de la catégorie que sont Herlings ou Roczen, Steven a pu modifier son style de pilotage au guidon d’une 450 avec laquelle il n’a guère tardé à briller, disputant la victoire à Clément Desalle en Bulgarie. « En 250 j’étais souvent obligé de forcer et parfois dépasser les limites pour rivaliser avec mes adversaires, un problème que je n’ai pas en 450 ou la puissance n’est pas un problème. Du coup mon pilotage s’est affiné, et je me sens vraiment à l’aise au guidon de ma Yamaha» confie le nouveau protégé de l’usine Yamaha.


Leader du Mondial au soir du GP des Pays Bas, Steven a connu une tournée Américaine mouvementée puisqu’il a perdu beaucoup de terrain au GP des USA. « Tout s’est mal enchaîné, avec de mauvais départs et quelques chutes qui m’ont coûté beaucoup de points. Le pire fut la seconde manche, ou je chute avec Cairoli au départ et remonte bien, jusqu’à ce que Cairoli projette une pierre dans ma roue avant en fin de course. J’ai chuté assez fort, perdant tout le bénéfice de ma remontée et me blessant au pouce, ce qui m’a handicapé au Brésil » confiait Steven au terme du quatrième GP de l’année. Frustré de rater une nouvelle fois le podium – bien qu’à égalité de points avec le troisième de l’épreuve Steven a été classé 4ème des GP des Pays Bas et du Brésil, en raison d’un moins bon résultat en seconde manche – c’est un Steven revanchard qui arrivera à St Jean dès vendredi. « En France nous avons la chance de toujours avoir un gros public derrière nous, et je sais que l’ambiance sera au top. C’est un circuit que je connais bien et que j’apprécie, comme tous les circuits rapides. Entre les Etats Unis et le Brésil je n’avais pu m’entraîner à cause de mon pouce, mais cette blessure ne devrait plus me gêner et il faut maintenant que j’essaye de rattraper le terrain perdu. Mon objectif reste un ‘top cinq’ au mondial, mais quand on a été en tête du mondial on a envie de faire mieux » confie sans arrogance la nouvelle coqueluche du public Français. Hier réservé et timidei, Steven s’est métamorphosé depuis l’an passé et est aujourd’hui beaucoup plus volubile qu’il ne l’a jamais été.


Contrairement à un Bayle, un Tortelli ou un Musquin qui ont laissé éclater leur talent très vite, devenant tous deux champions du Monde très jeunes, Steven s’est peaufiné au fil des années et arrive à maturité alors qu’il fêtera ses vingt quatre ans le 14 juillet prochain. Comme le confie le Belge Joel Smets, quintuple champion du Monde « Steven est pour moi le seul cette année à pouvoir lutter avec Cairoli et Desalle pour la conquête du titre mondial. Il a aujourd’hui tout pour réussir : l’expérience, la technique, le pilotage, le mental et le matériel. » Ajoutons qu’il possède aussi dans ses atouts un entourage solide, comprenant notamment le préparateur physique Willy Linden – qui s’occupait auparavant de Stefan Everts (dix titres mondiaux) le plus grand pilote que ce sport ait connu – et le staff du team Rinaldi, le plus titré de ces quinze dernières années.



Steven Frossard

Date naissance: 14/07/1987
Lieu naissance: Décines (69)

2010 : 3ème Mondial MX2 (Kawasaki CLS). Vainqueur d’un Grand Prix (Suède). Vainqueur d’un manche de GP (Suède 1). Cinq podiums de GP : 1er en Suède, 3ème en Bulgarie, Pays Bas, Etats Unis, Lettonie. Champion de France Elite MX2

2009 : 6ème mondial MX2 (Kawasaki CLS). Vainqueur de deux manches de GP (Bulgarie 1 et Allemagne 1). Quatre podiums de GP : 2ème au Portugal, Grande Bretagne, Allemagne, 3ème au Brésil. Troisième au championnat de France Elite MX2

2008 :10ème mondial MX2 (Kawasaki CLS). Troisième des manches Grande Bretagne 2 / Afrique du Sud 2 / Irlande 2. Champion de France Elite MX2

2007 :26ème mondial MX2 (Kawasaki CLS) blessé, dispute 9 GP. Sixième au championnat de France Elite MX2

2006: 2ème du Championnat Europe MX2 (KTM). Membre de l’Equipe de France Espoirs. Participe à ses deux premiers GP : République Tchèque (22/abandon) et Fra (28/30)

2005: Champion France 125 Junior (KTM). Membre de l’Equipe de France Espoirs

2004: 17ème du Championnat Europe 125 (Husqvarna). Vice champion de France 125 junior. Membre de l’Equipe de France Espoirs



MediaCross



Cliquez pour agrandir l'image
Steven Frossard pour un exploit à Saint Jean d’Angely ? (MediaCross)
Steven Frossard pour un exploit à Saint Jean d’Angely ? (MediaCross)
  • Dans la même catégorie

  • GP de France de Motocross ce week-end à Saint Jean d’Angely, tous derrière les Frenchies !

  • Thierry Chizat Suzzoni aux commandes du team KRT

  • A deux semaines du Grand Prix de France de Motocross, Paulin et Frossard brillent au Brésil

  • Des spectateurs gâchent le weekend de Tommy Searle

  • Grand Prix du Bresil MX1, Xavier Boog reprend des couleurs

Plus de news »

Publicité