x
Esprit-Racing
 
ESPRIT-RACING.COM | 03.01.11 | 12:28 • Mis à jour le 02.02.11 | 17:44 ESPRIT-RACING.COM | 03.01.11 | 12:28 • Mis à jour le 02.02.11 | 17:44


Nouvelle formule pour la 36e édition du Mercredi 2 – Dimanche 6 février 2011 La prochaine édition du salon Rétromobile, l’événement international des véhicules de collection, se tiendra dans le pavillon 7 de la Porte de Versailles à Paris.


Les nouveautés de cette édition :
- 5 jours de salon désormais, pour l’arrivée de nouveaux exposants,
- Des horaires d’ouverture plus larges (10h tous les jours, sauf le mercredi 11h) et deux nocturnes jusqu’à 22h, mercredi et vendredi, pour faciliter les visites du grand public.
- Un plateau moto des années 70/80/90, avec la présence des constructeurs, pour la plus grande joie des motards.
- L’arrivée des young timers, les « jeunes anciennes » des années 70 et 80 : Place aux Renault 4L, 205 GTI, Volvo 240, BX et bien d’autres encore… Les young timers, c’est un état d’esprit, une passion pour cette nouvelle génération de collectionneurs.
- Une vente aux enchères auto/moto/automobilia, orchestrée par Artcurial, jeudi 3 février avec un plateau exceptionnel.

Et toujours, un salon/vente/exposition proposant aux passionnés et au grand public des centaines de véhicules, tous plus remarquables les uns que les autres. Chrome, cuir et nostalgie sont au rendez-vous de ce 36e Rétromobile.



Pour sa 36e édition, Rétromobile célèbre le centenaire de la naissance de Juan Manuel Fangio, cet exceptionnel pilote qui a marqué l’histoire du sport l’automobile.

Quatre des plus mythiques monoplaces de course de ce pilote de légende présentées à Rétromobile

- Alfetta type 159 de 1951. C’est à son volant que Fangio remporte le Grand prix de F1. Vitesse de 300 km/h grâce à son moteur 8 cylindres à compresseur de 1500 cm3 développant 450 CV à 9300 tr/min.
Dès 1948, Juan Manuel Fangio est appelé à courir en Europe. Il enchaîne les succès et devient pilote officiel au sein de l’écurie Alfa Romeo pour la saison 1950 et le tout premier championnat du monde de Formule 1.
Victime d'une casse mécanique lors de la manche inaugurale à Silverstone, Fangio remporte son premier Grand Prix du championnat du monde, au volant de son Alfa Romeo 158. Il réalise, à cette occasion, le premier hat trick de l'histoire de la F1 (pole position, meilleur tour en course et victoire), dès la 2e course du championnat du monde, lors du Grand Prix de Monaco, le 21 mai 1950.
Dès le 28 octobre 1951, après sa victoire du Grand Prix d’Espagne, Juan Manuel Fangio remporte le Championnat du monde de F1— le premier de ses cinq titres de champion du monde — au volant de son Alfa Romeo.

- Maserati 250 F de 1954. Fangio a gagné 6 fois au volant cette Maserati. Moteur 6 cylindres de 2 500 cm3 développant 240 CV. Vitesse 290 km/h.
À l’occasion du Grand Prix d’Allemagne 1957, multipliant les prises de risque et battant 8 fois de suite son propre record du tour, Fangio parvient à revenir sur les « échappés » et à les dépasser dans le 21e et avant- dernier tour de la course. Au soir de ce Grand Prix d'anthologie, à l'issue duquel il a obtenu sa 24e (et dernière) victoire en championnat du monde, Juan Manuel Fangio obtient — alors qu'il reste encore deux courses à disputer — son cinquième titre (dont quatre consécutifs) de Champion du monde de F1.

- Mercedes W 196 de 1955. C’est au volant de cette Mercedes que Fangio a connu 9 victoires et a été sacré champion du monde à deux reprises. Moteur 8 cylindres en ligne à injection de 2500 cm3 développant 300 CV.
En 1954 et 1955, Mercedes domine la compétition. Cette extraordinaire monoplace arbore une carrosserie en aluminium perpétuant ainsi le mythe des Flèches d’argent, ces voitures dont il avait fallu poncer la peinture blanche pour respecter un nouveau règlement relatif au poids.

- Lancia Ferrari type D50 de 1955. Juan Manuel Fangio a remporté 3 victoires sur Lancia D50 en 1956. Moteur 8 cylindres en V de 2500 cm3 4 arbres à cames en tête de 250CV. Vitesse 300 km/h.
C’est en 1955 que la fabuleuse Lancia D50 est engagée au sein de la Scuderia Ferrari. Les deux réservoirs d’essences latéraux positionnés en extérieur lui donnent un équilibre et une esthétique qui participent au succès de cette voiture de compétition.
En 1956, le quatrième titre a un goût amer en raison des tensions entre le pilote et la direction de Ferrari. Lors de l’ultime manche en Italie, Fangio abandonne la course sur bris de direction. Son coéquipier Collins renonce volontairement à ses maigres chances d'être titré en s'arrêtant aux stands pour partager sa voiture avec Fangio !


Fangio, l’homme de tous les records
Que serait l’histoire du sport automobile sans ce personnage incontournable qui a tant apporté à cette discipline ?
Sacré 5 fois champion du monde dans les années 50, Fangio demeure aujourd’hui encore l’homme de tous les records : le seul pilote champion du monde dans 4 écuries différentes à avoir remporté 24 victoires sur 51 Grands Prix courus.
En 1958, âgé de 47 ans, Fangio passe la main. Un journaliste lui demande ce qu’il va faire de son temps libre. Fangio lui répond « Je vais en profiter pour passer le permis de conduire !» (qu’il a obtenu en 1961).
Il meurt d’une crise cardiaque le 17 juillet 1995 à Buenos Aires ; 3 jours de deuil national sont décrétés.



Toutes les infos sur le site internet : www.retromobile.fr







  • Rétromobile Paris, du jamais vu ! » Voir Rétromobile...
  • Rétromobile, un salon dans la course ! » Voir Rétromobile,...
  • Cliquez pour agrandir l'image
    Salon RétroMobile 2011 : Auto Moto Passion ! (D.R.)
    Salon RétroMobile 2011 : Auto Moto Passion ! (D.R.)
    • Dans la même catégorie

    • Salon RétroMobile, les constructeurs en piste.

    • 1400 kilomètres de vélo en dix jours !

    • Un nouveau site internet pour une nouvelle saison ?

    • BMW Motorrad : une saison 2010 exceptionnelle à tous points de vue

    • Stunt Bike Show 2010, chez vous avant Noël !

    Plus de news »

    Publicité