x
Esprit-Racing
 
ESPRIT-RACING.COM | 31.03.11 | 23:11 • Mis à jour le 01.04.11 | 09:46 ESPRIT-RACING.COM | 31.03.11 | 23:11 • Mis à jour le 01.04.11 | 09:46


De la Seat à la Corvette, avec 600 chevaux sous le pied droit au lieu de 300, Michaël Rossi s’est lancé avec sa passion et son professionnalisme habituels à l’assaut d’un nouveau challenge: le Championnat du Monde FIA GT1, qui regroupe cinq marques prestigieuses et visite dix pays sur trois continents.


Le résultat brut ne le reflète pas, mais le pilote Rhône Alpin a confirmé sa carrure mondiale à Abou Dabi.

En l’espace de cinq mois, Michaël Rossi a participé à deux des quatre championnats du Monde officiellement labellisés par la Fédération Internationale de l’Automobile. Le potentiel démontré lors de la dernière manche du World Touring Car Championship 2010 à Okayama n’ayant pu déboucher sur un volant à plein temps, le vice-champion de la Seat Leon Eurocup a logiquement regardé du côté du Grand Tourisme. Longtemps incertaine, la participation des Corvette au Championnat du Monde FIA GT1 fut finalement entérinée à deux semaines du coup d’envoi. Michaël a sauté sur l’occasion pour découvrir une discipline totalement nouvelle pour lui…

…Enfin presque : les voitures de type « propulsion » lui rappellent la Mégane Trophy qu’il a menée au titre européen en 2008. La bagarre en peloton, qui atteint son paroxysme dans les sprints d’une heure du championnat du Monde FIA GT1, est un de ses exercices favoris. Il s’attendait tout de même à ne pas avoir la partie facile sur le circuit d’Abou Dabi.

« J’ai abordé l’épreuve un peu comme en octobre dernier à Okayama, avec la volonté de prendre mes marques dans l’univers du GT. Il a fallu apprendre le circuit de Yas Marina mais la pratique du jeu « F1 2010 » m’a bien aidé, je connaissais le tracé par cœur en arrivant. La Corvette est fantastique, et je me suis vite senti à l’aise à son volant. Avec la Seat WTCC au Japon, je pouvais compter sur des pilotes du calibre de Tiago Monteiro ou Gabriele Tarquini pour me tirer vers le haut, ce qui n’a pas été le cas à Abou Dabi. Heureusement, le team DKR Engineering a tout fait pour que je m’intègre facilement. »

Côté piste, les embûches n’ont pas manqué pour l’équipage de la Corvette n°47. « En qualification, j’ai réussi à passer le cap de la Q1, mais mon équipier brésilien Jaime Camara n’a pu faire mieux que 13ème en Q2. Il faut dire qu’il n’avait pas roulé depuis un an et demi. De plus, il était un peu dépaysé car il connaît mieux les circuits urbains ou les ovales (NDLR : il a participé aux 500 Miles d’Indianapolis en 2008) et il n’avait jamais piloté une auto équipée d’un toit ! »

Lors du départ de la course de qualification, Jaime Camara ne peut éviter de percuter de plein fouet l’Aston Martin de Tomas Enge en perdition. Une heure de roulage précieuse en condition réelle est ainsi perdue. Le staff de DKR Engineering se met au travail et parvient en quelques heures à remettre la voiture sur ses roues.

Michaël doit donc s’élancer en fond de grille pour la course de championnat, disputée en nocturne. Grâce à un envol dont il a le secret, il se permet de tutoyer le Top 10. Il signe le meilleur temps de la voiture en 1’54’’ 644, à 7 millièmes de l’expérimenté Mike Hezemans, engagé sur une Corvette identique.

Malheureusement, un pitstop hésitant et le rythme inférieur de son équipier font finalement reculer le duo franco-brésilien au 13ème rang.

« Je n’ai pas fait de grosse faute et je suis satisfait de l’évolution de mes chronos tout au long de la semaine. Il me reste une bonne marge de progression. Nous devons mieux gérer l’usure des pneus arrière qui est le problème n°1 de la Corvette. Tout devrait mieux se passer à Zolder, où l’on ne partira pas dans l’inconnu. »

Michaël avait en effet signé la pole position l’an passé sur le circuit belge à l’occasion d’une manche de la Seat Leon Eurocup. Quant à son équipe luxembourgeoise, elle jouera pratiquement à domicile sur les 3977 mètres du tracé de la province de Limbourg.

Laissons d’ailleurs le mot de la fin à Kendy Janclaes, le team-manager de DKR Engineering : « Michaël a tout de suite trouvé les limites de l’auto. Il a gagné cinq places au départ et a aligné des temps très rapides, ce qui n’a rien d’évident quand on découvre à la fois la voiture et le circuit. Notre deal s’est conclu très tard, mais je suis très content de son arrivée dans l’équipe et je suis sûr à 100% qu’il deviendra un grand pilote de GT. »

Rendez-vous à Zolder les 9 et 10 avril prochains.

www.michael-rossi.com

Romane Didier / future racing commm



Cliquez pour agrandir l'image
Michaël Rossi découvre un nouveau Monde (D.R.)
Michaël Rossi découvre un nouveau Monde (D.R.)
  • Dans la même catégorie

  • Kevin Estre plus Porschiste que jamais en 2011 !

  • Première édition du Rallye de Paris Classic

  • HEXIS AMR est venue à bout Dhabi !

  • ALPS Formula Renault 2.0: Premier podium pour Paul Loup CHATIN

  • Paul Loup Chatin aux avants postes

Plus de news »

Publicité