x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 26.07.11 | 15:39 • Mis à jour le 26.07.11 | 15:53 ESPRIT-RACING.COM | 26.07.11 | 15:39 • Mis à jour le 26.07.11 | 15:53


En 2011, malgré son jeune âge (31 ans à peine), Matt est engagé en compétition moto pour la 17ème année. Très tôt, il s’est fait remarquer par son talent. Cette reconnaissance lui a permis de prendre part aux plus grands championnats de vitesse au niveau Mondial (Grand Prix, World Superbike et Supersport), sans oublier sa discipline de prédilection : l'Endurance. Grâce à ses qualités humaines et ses performances, il a d'ailleurs très rapidement brillé dans le Championnat du Monde d'Endurance et continue depuis de nombreuses années.


Il est aujourd'hui l'un des meilleurs pilotes et sûrement le plus rapide dans cette discipline qu’il affectionne tout particulièrement. Jusqu’à l’année dernière, Matt participait à deux championnats en parallèle : le Championnat du Monde d’Endurance et le Championnat du Monde de vitesse (Superbike et Supersport).

Etant un homme de challenges et de défis, il a décidé cette année de regarder l’avenir de sa carrière autrement. Il continue, d'une part, à participer au Championnat du Monde d’Endurance en tant que pilote officiel Yamaha Motor France dans le but d'engranger victoires et titres, et, d'autre part, a pris la décision de s'aligner au départ d’une aventure humaine et sportive exceptionnelle et sans équivalent : le Dakar.

"Mes choix ne surprennent pas les personnes qui me connaissent ! Si le défi du Dakar est technique et sportif, sa magie reste avant tout celle d’une aventure humaine. C’est ce qui anime ma passion. Il est vrai que j’avais perdu cette sensation en mondial de vitesse, et je suis convaincu de la retrouver dans le Dakar !

Ce rallye ne se résume pas à la performance technique et sportive d’un vainqueur au classement général. C'est avant tout la performance et l'aventure des nombreux amateurs qui constituent une large majorité du plateau. Je me retrouve complètement dans ces notions d’endurance, de solidarité, de partage, et de découverte de soi et des autres dans la difficulté.

J’ai besoin de vivre une telle aventure pour encore mieux me connaître. Participer au Dakar en moto, c’est un rêve d’enfant auquel je ne pensais jamais avoir accès aussitôt dans ma carrière sportive. Tous les ingrédients de cette organisation hors du commun me font vibrer depuis des années.
C’est réellement une compétition à part.

En rallye raid, c’est l’endurance, la rigueur physique et les performances techniques qui priment. Mon expérience, le travail et la rigueur que je m’impose chaque année seront des atouts indéniables au guidon de ma Yamaha dans une telle aventure. Cette expérience peut être envisagée aussi grâce depuis peu à ma passion pour l’enduro. C'est une discipline que je pratique beaucoup pour mon entraînement tout au long de l'année. Je partage souvent ces moments avec mes amis et parmi eux j’ai la chance de compter sur David Cerdan « organisateur chaque année de la Bravade Cathare » et David Barrot (
pilote officiel Yamaha Motor France) qui a à son actif plusieurs participations au Dakar et qui me donne de précieux conseils.

Mon but dans cette première édition est de franchir les étapes, d'engranger de l’expérience et de tout donner pour franchir la ligne d’arrivée.
Je serai déjà très heureux de relever ce défi qui n’est pas accessible pour tous les concurrents chaque année !
"

Matt Lagrive

ENGAGEMENTS :
Une oeuvre humanitaire : Au-delà de cet aspect sportif, c’est aussi une aventure humanitaire et un engagement personnel. Depuis peu, Matt est prescripteur de la Sécurité Routière 2RM (deux-roues motorisés) !
"Mon travail de pilote professionnel, depuis plus de 10 ans, m'a conduit au constat suivant : les usagers de 2RM (deux-roues motorisés) négligent trop souvent le port d'équipements de sécurité lors de la conduite d'un deux-roues, notamment en zone urbaine et en particulier les primos accédants. Avant d'acheter certains accessoires inutiles dans un premier temps, n'est-il pas préférable d'investir dans un casque, un blouson, un pantalon, une paire de bottines et des gants ?
Je souhaite ainsi modestement, avec mon regard de pilote, sensibiliser le plus grand nombre de personnes et contribuer de la meilleure manière qu'il soit au développement durable du 2RM, développement qui ne peut s'envisager sereinement qu'avec une baisse sensible de l'accidentalité. Un équipement de qualité peut sauver une vie, peut diminuer les conséquences des blessures et transformer un blessé grave en un blessé léger !

Pour ma part, les deux-roues sont avant tout une passion, un métier… et j'ai décidé cette année de donner de mon temps et de travailler en collaboration avec  les autorités en places et mes partenaires pour faire partager mon expérience, ma passion et avertir le public motocycliste des dangers liés à l'absence de protection.

S’équiper n’est pas un luxe ! C’est une priorité et cela fait partie intégrante de l'acte d'achat d'un 2RM, car votre vie et celle de vos passagers en dépendent.
Pour ma part, certes je roule sur circuit, mais je suis bien placé pour vous dire que mes équipements m’ont à de nombreuses reprises évité des blessures graves et surtout sauvé la vie.
Il faut prendre conscience qu’en zone urbaine, c’est pire. Les obstacles sont encore plus nombreux et les risques de se blesser sont multipliés.

Matt et ses partenaires vont effectuer tout au long de l’année une récolte de fonds qui seront distribués à des associations locales. Cet élan humanitaire est une première et sera un grand rendez-vous !
"


LE PARCOURS :
À vol de condor, près de 5000 km séparent Mar del Plata de Lima. En 2012, le Dakar propose une épopée panaméricaine de plus de 9000 kilomètres au total. Le tracé en ligne, qui transporte le rallye des rives de l’Atlantique à celles du Pacifique, permet d’emmener ses concurrents à la découverte de nouveaux territoires, d’une autre Amérique.

L’ampleur du défi impose également une modification du format sportif, qui comprend cette année 14 jours de course. Constamment guidés par la Cordillère des Andes, les pilotes retrouveront l’Atacama, et feront surtout l’expérience de la diversité des dunes en s’aventurant au Pérou.
Les séances de sport débutent dès le 1er janvier, après la cérémonie de départ de Mar del Plata.

Habitués à traverser l’Argentine, les pilotes et équipages emprunteront cette fois une « ligne de coupe » inédite pour rejoindre la Cordillère des Andes. Seuls quelques paysages familiers et secteurs de premier choix, entre dunes et canyons, ont été sélectionnés pour rentrer dans le programme argentin de 2012.

L’entrée au Chili commence d’abord par une partie d’escalade. Après avoir enjambé le massif andin, le rallye s’apprête à le longer jusqu’à son terme, en se frayant un chemin entre montagnes et océan. Au cours de cette remontée de l’axe sud-nord, le Dakar prévoit de se perdre au cœur du désert d’Atacama, où les aptitudes en navigation sont tout aussi indispensables que la science des dunes.
Au niveau de la mer, le passage de la frontière est cette-fois-ci indolore, mais le contraste est bien réel. Avant de rejoindre Lima, les plus anciens du rallye peuvent se préparer à réviser leurs classiques. Les secteurs de dunes péruviens peuvent paraître interminables, sauf à ceux qui maîtrisent le mauritanien. Là où la diversité des territoires et des modes de vie s’impose comme évidente, celle des sables exigera un apprentissage délicat.


Matt Lagrive : "Un voyage extraordinaire sans fausse note, fait de paysages à couper le souffle. Un défi incroyable conciliant le passage sur des terrains aussi hostiles que merveilleux, à la notion de temps et non plus à celle de la vitesse.
Je suis l’évolution du Dakar depuis de très longues années, et je suis vraiment admiratif par tout le travail accomplit chaque année par toutes les personnes de l’organisation, pour nous offrir un raid et une aventure unique.
En passant de l’Afrique à l’Amérique du Sud, le Dakar a changé de théâtre mais reste fidèle à une scène aussi magistrale que rugueuse, sur laquelle l’humilité et l’endurance ne sont pas de vains mots.
"


UN IMPACT MEDIATIQUE FORT :
Au fur et à mesure de ses éditions, le DAKAR a réussi à s’imposer comme un événement incontournable tant au niveau sportif qu'humanitaire.
TV : Par l’intermédiaire de 70 diffuseurs, 190 pays ont reçu des images du rallye, pour une couverture totale de 1200 heures. En tenant compte des heures de diffusion des programmes et des sujets news, des audiences des différentes chaînes ainsi que des tarifs pratiqués par leurs régies publicitaires, le calcul de la valorisation de cette exposition atteint 312 millions d’euros.
Sur la course, 55 chaînes internationales, nationales ou régionales ont envoyé des équipes pour produire leurs propres images, en complément des programmes livrés quotidiennement par l’organisation.
DAKAR.COM : Pour l’édition 2011, le site officiel dakar.com a été transformé. La nouvelle version a massivement séduit les internautes, puisqu’une augmentation de 55 % des pages vues a été enregistrée. Parallèlement, la durée moyenne des visites a été multipliée par trois. Dans la rubrique vidéo, 2,1 millions de clips ont été visionnés pendant la course.
En complément des contenus proposés sur dakar.com, la page officielle Facebook a fédéré une communauté de 220 000 fans, pendant que 13 000 internautes se sont abonnés au compte Twitter du Dakar.
- 5 millions de spectateurs se sont déplacés sur l’épreuve.
- 213 journalistes qui suivent l’intégralité du rallye.
- 600 journalistes présents au départ.
- Pour la France c’est France Télévision et Eurosport 1 et 2 qui relaient l’événement.

Matt Lagrive

Matt Lagrive INTERVIEW EXPRESS :

- Comment est née une telle envie ?
C’est très simple, ne retrouvant plus certaines valeurs fondamentales pour moi en World SBK, ces deux dernières années, auquel je participais en doublon du champion du Monde d’Endurance, j’ai décidé de faire une parenthèse et vivre ma passion autrement.
Ma participation et mon engagement, en Championnat du Monde d’Endurance restent intact et indiscutable, je me donne à fond pour ma discipline de prédilection.
Je prends énormément de plaisir et mon but est d'engranger encore de nombreuses victoires et titres avec Yamaha Motor France et Michelin.

La décision de s'aligner au départ d’une aventure humaine et sportive exceptionnelle et sans équivalent qu’est le Dakar est un rêve de gamin.
 « Mes choix ne surprennent pas les personnes qui me connaissent », ce n’est ni une balade ni un caprice… ! Si le défi du Dakar est technique et sportif, sa magie reste avant tout celle d’une aventure humaine hors du commun. C’est ce qui anime ma passion et je suis convaincu de retrouver tous ces ingrédients dans le Dakar !
Je tiens à remercier toute l’équipe d’ASO (organisateur) pour l’accueil très chaleureux et l’attention qu’il me porte et mes partenaires qui me font confiance, car sans eux une l’aventure ne serait pas possible !

- Tu partiras avec quel constructeur ?

Il est clair, j’ai fait le choix de partir sur une Yamaha chaussée de Michelin, c’est une très bonne machine et les Michelin ont encore une fois démontrés leurs performances en rallye raid ! Cette configuration me va parfaitement et j’en suis ravi.

- C'est une première, quelles sont tes ambitions ?

Ce rallye ne se résume pas à la performance technique et sportive d’un vainqueur au classement général. C'est avant tout la performance et l'aventure des nombreux amateurs qui constituent une large majorité du plateau. Je me retrouve complètement dans ces notions d’endurance, de solidarité, de partage, et de découverte de soi et des autres dans la difficulté.
Participer est pour moi déjà une énorme satisfaction et j’ai un grand respect pour toutes les personnes qu’ont su faire pour que ce rallye raid soit unique !
Donc c’est avec une énorme modestie que je prendrai part à cette aventure, mon but est de faire le plein de toutes ces sensations, franchir les étapes, engranger de l’expérience et donner comme d’habitude le meilleur de moi même pour cette première participation.

Passer la ligne d’arrivée, sera juste énorme ! Je serai déjà très heureux de relever ce défi qui n’est pas accessible pour tous les concurrents chaque année !


- Quel est ton programme, entrainement, préparation... ?

Il faut savoir que j’ai découvert les joies de l’Enduro, il a seulement à peine deux ans, grâce à des amis qui pratiquaient cette discipline dans les Corbières entre autre, qui sont David Cerdan « organisateur chaque année de la Bravade Cathare » et David Barrot « pilote officiel Yamaha Motor France » qui, a son actif compte trois participations au Dakar, ils me donnent de précieux conseils.
J’ai vite été piqué au virus en prenant part à quelques sorties quand mon emploi du temps me le permettait, avec eux !
Mais ce n’est que depuis le mois de janvier de cette année, ou j’ai pris la décision de partir au Dakar, que je m’entraîne le plus souvent et intensément possible. Il m’arrive de d’aller m’entrainer avec certains participants d’expériences, ce qui me permet de progresser plus vite.
En rallye raid, c’est l’endurance, la rigueur physique et les performances techniques qui priment. Mon expérience, le travail et la rigueur que je m’impose chaque année seront des atouts indéniables au guidon de ma Yamaha dans une telle aventure mais ce n’est pas pour autant que la partie sera facile. Un vrai défi, j’adore !
Une bonne préparation physique, alimentaire et mentale est incontournable, dans tous les cas, tu ne peux pas prendre le départ d’une compétition quelle quel soit à la légère. Une rigueur en termes de préparation est obligatoire en général mais il est vrai que le Dakar me donne un travail supplémentaire. De part mon engagement en compétition et autres activités parallèles, chaque année je travaille énormément sur ces points pour être au mieux de ma forme à chaque rdv, mais depuis plusieurs mois je m’impose d’augmenter le rythme pour travailler et augmenter ma masse musculaire à travers une large variété d’activités « sportive et alimentaire ».
Ca renforce mon hygiène de vie, et j’en suis qu’heureux !
Pour ce qui est du mental, j’ai la chance que c’est un de mes points forts, en plus je suis bien entouré et c’est important, puis le fait d’avoir été accueillit toute de suite dans la famille Dakar par toute l’équipe organisatrice, me réjouis et me donne encore plus la niaque !


- Quels sont les difficultés que tu rencontres ?

Plus qu’une simple course de vitesse et d’endurance, le Dakar demande des capacités de navigation en hors-piste et la moindre faille se paye cher. C’est tout nouveau pour moi, donc je sais qu’il va falloir beaucoup travailler sur ce point.
Le tracé, il est vrai qu’il m’attend un nouveau terrain de jeu, la diversité des territoires et ses secrets!
Ca fait 17 années que je fais de la compétition mais seulement sur circuit, avec peu ou pas de défauts au niveau du bitume, et de risques de se perdre (rire).
La pour le coup, il faut que je m’entraine sur des terrains que je ne connais pas vraiment avec beaucoup d’irrégularités et des repères de navigation pour tenter d’arrivée à chaque étape…
La donne est juste à l’opposée de ce que je vis depuis toutes ces années, donc ces points là, sont ceux que je dois et travaille le plus.

J’ai hâte d’y être !

Matt Lagrive


MATT LAGRIVE EN QUELQUES LIGNES...
Né le : 07/12/79 à Lisieux (Calvados)
Habite : Ornaisons et Lisieux
Nationalité : Française
Marié : 2 enfants
Taille : 1,67 m
Poids : 64 Kg
Première course : 1994
Qualités : Concentré, zen et généreux
Défauts : Faux timide
Mes meilleurs souvenirs : Ma première victoire au Bol d'Or et mes débuts en compétition
Mes plus mauvais souvenirs : "Je les oublie vite..."
Hobbies : La moto, la moto, la moto...et, dans une moindre mesure, le VTT
4 X Champion du Monde d’Endurance
4 X vainqueurs du Bol d’ Or
5 X second des 24 H du Mans
Champion de France Superproduction 2005
Elu Sportif de l’année 2010
Elu pilote de l’année 2011
100 participations en championnats du monde de vitesse (SBK,SSP et GP)
Prescripteur de la Sécurité Routière et parrain de la communauté AYEZ LE REFLEXE
Pilote de développement et consultant Michelin


Retrouvez Matt Lagrive sur sont site Web officiel : www.mattlagrive.fr



Cliquez pour agrandir l'image
Matt Lagrive s'engage sur le Dakar, Itinéraire d’un Passionné (D.R.)
Matt Lagrive s'engage sur le Dakar, Itinéraire d’un Passionné (D.R.)
  • Dans la même catégorie

  • Hubert Auriol: « L’Africain » reprend la piste !

  • Dakar 2011 : Version Crescendo

  • La Légende des Héros, un rallye pour tous de Paris à Dakar

  • Quatrième Légende des Héros

  • La Légende des Héros - Rallye-raid autos motos quads

Plus de news »

Publicité