Livia Lancelot En Tête Du Mondial Féminin
Grand Prix de France de Motocross


Vainqueur en Bulgarie puis quatrième en Italie, Livia Lancelot arrive à St Jean en tête du Mondial - MediaCross
Vainqueur en Bulgarie puis quatrième en Italie, Livia Lancelot arrive à St Jean en tête du Mondial Photo : MediaCross


Une grande première à Saint Jean d’Angely ! Pour la première fois dans l’histoire du Motocross, une manche du Championnat du Monde Féminin se déroulera sur le sol français. Cela se passera les 14 et 15 Juin prochains à Saint Jean d’Angely, ou les femmes seront mises à l’honneur au même titre que les hommes, habitués eux depuis des années à en découdre à ce niveau.


Un franc succès
Lorsque la FIM a lancé une Coupe du Monde féminine il y a maintenant trois ans, le succès fut immédiat et bien vite cette Coupe passa de une à trois épreuves tant la demande se faisait sentir.
L’ultime étape est venue naturellement cet hiver, quand cette Coupe à obtenu le statut de championnat du Monde, en même temps que le calendrier passait de trois à cinq épreuves : Bulgarie, Italie, France, Allemagne et Pays Bas. Voilà donc ces demoiselles placées au même niveau que les hommes, avec tout de même une bonne cinquantaine d’années de retard puisque le premier Mondial masculin remonte à 1957 !


Livia Lancelot, leader française
Au niveau mondial trois filles dominent les débats depuis maintenant trois ans : l’allemande Steffie Laier (KTM), la Néo Zélandaise Katherine Prumm (Yamaha) et la Française Livia Lancelot (Kawasaki).
Longtemps en tête de la Coupe l’an passé, Livia perdit toutes ses chances en se blessant au genou avant la finale aux Pays Bas, sauvant de justesse la place de vice-championne du Monde derrière Prumm. Opérée en septembre des ligaments croisés, l’officielle Kawasaki est resté six mois sur le carreau avant de reprendre l’entraînement début mars. Equipière de Sébastien Pourcel au sein du team GPKR, Livia s’est entraînée dur en Belgique, avant de reprendre la compétition courant avril. Roulant au milieu des garçons en championnat national, elle a par la suite remporté les épreuves d’ouverture de la toute nouvelle Coupe de France (Plomion début mai) et du Mondial (Bulgarie le 11 mai) avant d’échouer au pied du podium Italien à mi mai. Commettant quelques erreurs en Italie, elle a sauvé d’extrême justesse sa place de leader du Mondial et arrivera donc à Saint Jean d’Angely avec la plaque rose – le leader chez les hommes porte une plaque rouge – de leader du Championnat.


Féminine malgré tout
Si ce n’était une queue de cheval blonde qui dépasse de son casque, bien malin qui pourrait dire que c’est une fille qui pilote la Kawasaki 114 lorsqu’on voit cette machine en action sur un circuit de cross.
Il n’est pas un saut, aussi vertigineux soit-il, qui effraie cette charmante jeune fille de 20 ans toute heureuse de voir sa passion mise à l’honneur. ‘Pour nous les filles, le problème est de trouver des courses. Cela ne me dérange pas de rouler contre des garçons, et je le fais souvent, mais il nous est difficile de nous y mettre en évidence’ confie-t-elle avec un beau sourire aux lèvres. Intelligente, mignonne et à la page, Livy commence à pouvoir vivre de sa passion. ‘Comme trois ou quatre autres filles engagées en Mondial je fais partie d’un team officiel, qui me fournit matériel et mécanicien à l’année. Cela me permet de me consacrer à 100% à mon sport, et j’espère bien que celui-ci va continuer à évoluer. Le championnat du Monde a aujourd’hui une bonne crédibilité, et en créant une Coupe de France la FFM a eu une excellente initiative. Il faut maintenant que le niveau d’ensemble monte, et c’est justement grâce à cette compétition que les filles vont pouvoir s’aguerrir’ poursuit la sociétaire de l’Equipe de France Espoirs qui a ce jour n’a pas de réelle rivale dans l’hexagone. Elle reste pour beaucoup un exemple à suivre, et on ne pouvait rêver de meilleur porte flambeau pour ce sport. ‘Notre problème est d’acquérir une force musculaire sans pour autant perdre notre féminité. Ce n’est pas un sport de garçons manqués, mais une discipline à part entière’ insiste notre vice championne du Monde, qui en surprendra plus d’un à Saint Jean d’Angely.


Une sérieuse opposition
Au fil des années, l’opposition est de plus en plus musclée et les filles de mieux en mieux structurées.
Si Livia dispose du soutien officiel de Kawasaki, la Néo Zélandaise Katherine Prumm – qui a remporté les deux dernières éditions de la Coupe du Monde – est devenue cette hiver officielle Yamaha, alors que l’Allemande Steffie Laier – vainqueur la première année – est elle pilote officielle KTM avec Harry Everts – cinq titres mondiaux – comme conseiller ! D’autres filles bénéficient elles aussi d’un soutien direct d’un team, que ce soit les Allemandes Larissa Papenmeier – Suzuki Inotec – ou Maria Franke – Kawasaki Pfeil – ou encore l’Américaine Ashley Fiolek – Honda LS Motors – et la Belge Ellien De Winter – KTM Shineray – qui sont les filles à suivre dans ce championnat. Vainqueur à Saint Jean d’une épreuve régionale début avril, Livia aura pour avantage de connaître le terrain et de rouler devant son public, ce qui espérons le la transcendera plutôt qu’autre chose. Et quand on voit la popularité de la numéro une française, on se dit qu’elle devrait avoir beaucoup de supporters et supportrices derrière elle pour ‘son’ GP de France !


Positions au mondial avant St Jean : 1. Livia Lancelot (Fra, Kawasaki GPKR), 82 pts; 2. Katherine Prumm (NZL, Yamaha Van Beers), 80; 3. Ashley Fioley (USA, Honda LS Motors), 65; 4. Maria Franke (GER, Kawasaki Pfeil), 65; 5. Larissa Papenmeier (GER, Suzuki Inotec), 61; 6. Elin Mann (SUE, KTM Scandinavia), 55; 7. Ellien De Winter (BEL, KTM Shineray), 53; 8. Marianne Venstra (PB, Suzuki), 51; 9. Stephanie Laier (GER, KTM Factory), 50; 10. Nicky Van Wordragen (PB, KTM), 47; etc...



MediaCross




Imprimez cet article ! Envoyez cet article à un ami !
Esprit-Racing - Webteam - 30/05/2008 07:33:23