x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 06.05.17 | 07:54 ESPRIT-RACING.COM | 06.05.17 | 07:54


Un jour de juillet 2013, Christophe #GUYOT, team manager du #GMT94, me présente un p'tit jeune de 17 ans qu'il a pris sous son aile. #Gourin #RaceExperienceSchool


Cette année là, comme chantait Claude FRANCOIS, Thibaut GOURIN participe au championnat de France Superbike dans la catégorie Trophée Pirelli pour la deuxième année consécutive ; il se bat aux avants postes et termine 3ème du général derrière Morgan BERCHET et Hugo CLERE.

De 2014 à 2016, il « s'exile » en Espagne pour faire le CEV Stocksport 600. C'est une bonne expérience pour lui mais tout n'est pas facile en 2016 !

Victime d'un trauma crânien à VALENCE, lors de la première manche de qualifications, il prend pourtant le départ de la course le lendemain.

Sur le circuit d'ARAGON, il se retrouve dans une chute spectaculaire, entraînant plusieurs pilotes, dans laquelle une moto explose et prend feu. Il ne peut l'éviter et la percute de plein fouet !
Plus de peur que de mal mais, après ces deux grosses chutes, le doute s'installe ... Par respect pour toute l'équipe et son boulot, on continue et on revient vice-champion !

Pendant ces années « d'exil » je ne suis pas allée respirer l'air espagnol mais « le p'tit jeune » et « la vieille passionnée » sont toujours restés en contact.


Thibaut, ton père a-t-il été pilote ou travaille-t-il dans le milieu de la compétition ?


Mon père, quand il était jeune, faisait des rallyes routiers moto en Corse, en amateur, mais un accident a tout stoppé ; il ne travaille pas du tout dans le milieu de la moto ou de la compétition.


Quand t'est venue l'envie de la compétition ?

Depuis tout petit. J'ai toujours regardé les GP à la télé avec mon père ; j'ai toujours voulu faire de la compétition ; tout est allé très vite une fois que j'ai eu essayé la moto pour la toute première fois jusqu'à ma première compétition en vitesse ; j'ai commencé la vitesse à 11 ans ; ça a été le coup de cœur et depuis c'est ma drogue ; je ne vis que pour ça, tout ce que je fais est pour optimiser ma performance et je me bats tous les jours pour que mon avenir professionnel soit dans ce milieu ; que je sois entouré de motos et de performances.


Quand tu es parti courir le CEV tu n'étais accompagné que de ton père et de ton mécano ?

Après de belles places en France, j'ai décidé de prendre le risque de partir dans ce championnat ; financièrement, on était plus que justes. On a traversé l'Espagne avec un camping-car sans climatisation, loué à un garage du coin ; on était face à de vraies équipes de GP et ce n'était vraiment pas facile mais ça laisse de super souvenirs et une expérience de vie incroyable ! Le fait d'être sportif de haut niveau, de vivre des choses difficiles et de se sacrifier pour ce que tu aimes te fait prendre de la maturité et de l'expérience beaucoup plus tôt que prévu.


Comment s'est faite ta rencontre avec Sébastien GIMBERT ?

En 2015, je courais le championnat d'Espagne avec le team d'Adrien MORILLAS ; à la base, je devais faire un autre championnat qui ne s'est malheureusement pas fait ; avant d'être avec Adrien on n'était inscrits nulle part ; afin de pouvoir rouler je me suis inscrit au championnat de France superbike à NOGARO, en Trophée PIRELLI , et j'ai gagné les deux manches ; c'est là que Sébastien et son team ont entendu parler de moi et m'ont contacté, fin d'année 2015, pour que je collabore avec eux sur la saison 2016.


Comment s'est faite votre association avec Seb' au sein de la RACE EXPERIENCE SCHOOL ?

Au départ, c'était une association pilote-patron de team. Pendant toute la saison 2016 j'étais dans son team et nous avons terminé 2ème du CEV 600cc. Cette même année, j'ai passé un diplôme d'Etat (Bac + 2) pour devenir entraîneur moto ; comme Sébastien avait une école de pilotage pour enfants c'était en adéquation avec le diplôme et mon futur métier. Fin 2016, après l'obtention de mon diplôme, j'ai fait le point. Nous n'avions plus les moyens financiers pour continuer les courses moto ; j'ai décidé de changer mon fusil d'épaule et de mettre les seuls billes qu'il me restait dans cette école de pilotage. J'y crois et je me donne à fond les yeux fermés !


La compétition ne s'arrête pas complètement puisque tu penses endurance ?

Début juillet, pour les 24 Heures de BARCELONE, je roulerai avec le team TECMAS (BMW) de Michel AUGIZEAU  ; ce sera ma première expérience en endurance ! J'ai hâte d'apprendre cette discipline incroyable, j'ai toujours rêvé de faire de l'endurance. Rouler à plus de 300 km/h pendant 24 heures, jour et nuit, sur les plus beaux circuits du monde c'est magique !


Merci Thibaut et bonne chance pour ton avenir !

A 4 ans tu ne voulais plus de petites roues à ton vélo, à 8 ans tu enfourchais ta première mini moto et à 21 ans te voilà « chef d'entreprise », comme quoi on peut être jeune et avoir la tête bien sur les épaules ! Le « p'tit jeune » a bien grandi !



Renée Durin



Cliquez pour agrandir l'image
Thibaut GOURIN, pilote et associé au sein de Race Experience School (D.R.)
Thibaut GOURIN, pilote et associé au sein de Race Experience School (D.R.)
  • Dans la même catégorie

  • 2017, L'Autodrome Heritage Festival fait sa révolution !

  • Victoire de Valentin Debise à Road Atlanta

  • Classic Machines 2017, les 24 et 25 juin !

  • PMR Bridgestone Cup, Carole, Acte I

  • Iron Bikers 2017

Plus de news »

Publicité