x
Esprit-Racing
|
ESPRIT-RACING.COM | 01.10.11 | 19:17 • Mis à jour le 01.10.11 | 19:17 ESPRIT-RACING.COM | 01.10.11 | 19:17 • Mis à jour le 01.10.11 | 19:17


Le Mans – Circuit Bugatti, tracé que j’affectionne beaucoup ! Me voilà arrivé ce mercredi 21 septembre, la semaine des 24h du Mans, où je vais participer à ma première course en Roadster Cup, avant l’heure, avec une Suzuki GSR 750 fraichement préparée avec l’aide de mon concessionnaire préféré, Intégral Moto !


Pour la petite histoire, sur cette dernière épreuve de la saison de Roadster Cup, trois concessionnaires ont décidé d’engager des GSR 750 , Intégral Moto Châteauroux avec moi-même, Paris Nord Moto avec Robin Camus et Cottard Moto avec François Etterlé, tous rassemblés par ce dernier, directeur commercial de Suzuki France.

Retour au paddock ! Je rejoins donc Mr Etterlé peu avant 9h, et je fais aussi par la suite connaissance avec Robin Camus, pilote en 600 SPP et accessoirement pilote pour les 24h !

10h passé, notre première et seule séance d’essai libre nous attend, je pars très concentré car je n’ai qu’environ 1h de roulage sur cette nouvelle moto, qui est malgré tout, complètement différente de mon 500 habituel !...

Sur mes premiers tours, je suis un peu tendu, et je fais beaucoup d’accoups, le 4 cylindres, c’est quand même plus vif ! Les trajectoires que j’ai l’habitude de prendre avec mon 500 ne fonctionnent pas partout de la même manière, je me rends compte qu’il faut beaucoup plus enrouler, mais difficile de se concentrer sur tout, car tous les virages arrivent plus vite, forcément, avec environ 60 chevaux de plus ! (rires)

En milieu de session, je passe la barre des 1 »56, mon meilleur temps avec le CB, je suis à moitié soulagé en fait, car il me reste encore 6 bonnes secondes à gratter pour être pas trop mal ! Bref, la fin de session arrive, j’ai mal aux bras, et je rentre au paddock avec un meilleur tour en 1 »53 »9, pas mécontent !

 

Le reste de ma journée sera rythmée par le « peaufinage » de la prépa de mon nouvel avion de chasse pour le passage au contrôle, et surtout, la découverte de l’intérieur de la structure du SERT (Suzuki Endurance Racing Team) avec Mr Etterlé, oui, le SERT, ceux que je vois habituellement dans les mag’ et sur le net !

Bref, je me couche le mercredi soir avec déjà des images plein la tête.

 

Jeudi : C’est aujourd’hui que la première séance qualificative chronométrée à lieu, en début d’après-midi. En raison d’une chute en séance d’essai des 24h, nous passons de 25 à 15 minutes pour notre séance, moi qui avais besoin de roulage, je suis servi !

Je m’élance sur ma « petite » GSR, elle est fun cette moto, c’est une sportive dans l’âme, comme mon 500 !  Sur ces 15 petites minutes, je suis un peu « brouillon », je trouve à gagner du temps sur les phases de freinage, mais je ne ressors pas comme il faut des virages, effectivement, il faut la passer, la puissance, et c’est tout en apprentissage !

La fin de séance arrive très vite, j’améliore à peine mon chrono de la veille, en 1 »53'742, je signe alors le 16ème temps sur les 42 pilotes engagés.

 

Pour la deuxième séance qualificative du lendemain, je monte un pneu arrière neuf, et passe de 180 à 190, un pneu donc plus large, visant à améliorer le comportement de la moto sur l’angle, bien que mon ressenti sur cette nouvelle monture ne soit pas bien grand !

 

Je passe en partie mon aprem’ à regarder les motos rouler, ils vont vite, ces pilotes des 24h !

Le soir, Délirman mon fidèle pote mécano copilote panneauteur et accessoirement pour le week-end umbrella girl me rejoint ainsi que Kevin, pote et accessoirement photographe !

Pour les essais de nuit, j’accède au box du SERT et du Junior Team avec Mr Etterlé, et nous terminons par une visite de tous les autres box, moi qui n’avais jamais vu les 24h du Mans, j’en prends plein les yeux !

 

Vendredi : Peu après 15h, la deuxième séance qualificative arrive,  pour rattraper une partie du temps perdu la veille, nous avons 30 minutes pour tenter d’améliorer !

Je pars donc avec mon pneu arrière neuf, et surtout, plus large, finalement, je sens direct sur les premiers virages que la moto est mieux, elle tombe plus facilement sur l’angle !

Dès le 4ème tour, je commence déjà à fatiguer, je suis pourtant plus à l’aise sur la moto, mais sur les phases d’accélération, je suis assez crispé, le chrono descend néanmoins, à l’alfano, en 1 »51 »9. Au 8ème tour, je décide de faire une pause, sinon, je vais m’en coller, c’est certain, je n’arrive plus à accélérer ! Délirman me rejoint dans la voie des stands, je suis aux alentours de 15ème, je me repose les bras un instant, et repars, un tour de lancement, et je dois faire mon chrono de suite, la douleur va très vite revenir !

Après 2 tours, j’arrive sur un pilote qui me fais signe de le suivre, c’est Franck Tauziède, avec qui j’ai papoté la veille, je sais que c’est une bonne roue à prendre en vue du classement ! Alors je m’accroche comme je peux, je commence déjà à être à l’agonie, mais bon, la fin de séance arrive, il faut tout donner, mais rester sur ses roues ! Le drapeau à damiers est levé, retour au paddock, je viens de signer le 13ème temps, en 1 »50'836, pas mécontent ! 

Nous préparons ensuite la moto pour la course du lendemain, qui sera donc en ouverture des 24h don le départ est donnée à 15h.

 

Samedi : 9h25, les petits roadsters sont tous conviés en pré-grille, pour l’ultime finale de la saison de Roadster Cup.

Je suis en début de 4ème ligne, juste derrière Gaétan, un ex « 500 cupiste » ! Quelques petits rupteurs pour détendre l’atmosphère, personne ne répond, la pré-grille de Promo 500 est quand même plus zen !!  Mais je vois néanmoins quelques sourires dans les casques, forcément, j’ai la plus belle umbrella girl du paddock, Délirman, fraichement rasé, aux couleurs de Suzuki pour l’occasion !

Bref, fini les conneries (ou pas !), nous prenons place sur la grille de départ après le tour de formation et le tour de chauffe, je suis bien dans mes bottes, et détendu, aucun, stress, comme d’hab’, j’ai dans le coin de ma visière cette petite rampe de feux rouges, les battements derrière le cuir s’accélèrent tout comme les moteurs, et le feu passe au vert ! Gazzzz ! Mon premier départ en 4 cylindres se passe à merveille, je gagne quelques places, malgré le collecteur d’origine (donc le cata), la GSR 750 s’en sort plutôt pas mal coté puissance par rapport au reste du plateau, je passe tout exter comme je l’adore pour arriver à la chicane Dunlop 8ème, le premier tour est magique, nous sommes tous roue dans roue, le passage de la chapelle et du musée est franchement sympa ! Après le premier tour, le groupe de tête se décroche déjà un petit peu, mais il y a encore du monde derrière moi !

Je perds 2 places dans les premiers tours, puis Gaetan, qui partait devant moi sur la grille, me passe, je réplique une fois, mais il en refait autant, je suis trop lent sur les phases d’accélération, je préfère rester derrière, et apprendre, plutôt que de me fatiguer davantage et tout casser !

 

 

Sur les derniers tours, je retrouve mes réflexes de la 500 sur les freinages, et ce grand droit avant la Dunlop au bout des stands, c’est vraiment que du bonheur, je me fais vraiment plaiz’!

Pendant ce temps Gaétan prends le large petit à petit, il est à environ 3 secondes devant moi, il reste à peine 3 tours, et je suis obligé de lâcher un peu le morceau comme on dit, mes avants bras commencent à me faire mal, je préfère assurer l’arrivée plutôt qu’une chute idiote !

Je passe donc la ligne d’arrivée en 11ème position, avec un meilleur chrono en 1 »50'568.

De retour au paddock, j’ai la banane, la place est convenable, j’ai roulé presque régul’ en « 50,  et surtout le plus important, je me suis amusé, avec cette nouvelle « mob » qui cache bien son jeu, car je pense qu’un gros potentiel se cache derrière cette GSR 750…

 

Le reste de la journée, et bien…grosse journée dirais-je, je passe une bonne partie de mon temps à regarder cette course des 24h, je n’ai encore jamais vu ça, alors j’en profite un max ! Dès que la nuit tombe, ça devient vraiment intéressant, je bloque dans chaque virage !

Dans la nuit, petite escale dans le box du SERT, où j’assiste à un ravitaillement roue AV-AR, graissage de chaine et plein d’essence, 15 secondes, impressionnant !

 

Le lendemain, l’heure la plus triste arrive, celle de plier bagage, un peu en avance, histoire de ne pas être encombré à la sortie du circuit !

 

Un bilan de week-end très satisfaisant, d’une part, j’ai découvert les 24h du Mans de l’extérieur et de l’intérieur à la fois grâce à Mr Etterlé et à l’équipe du SERT, que je remercie amplement pour leur accueil, et surtout, pour leur simplicité, chose que l’on ne retrouve pas partout dans ce domaine aujourd’hui malheureusement, et de plus, à ce niveau là. D’autre part, j’ai aussi découvert cette GSR 750, une pistarde est née, et ce qui m’a aussi permis de sonder un peu le niveau en Roadster Cup, et de connaître les points à travailler cet hiver une fois ma saison en Promo 500 Cup terminée !

 

 Je tiens à remercier Mr François Etterlé, à l’origine du projet, David et Aurélie d’Intégral Moto Châteauroux, sans qui rien n’aurait été possible , un concessionnaire exemplaire, EMC France pour l’amortisseur qui à pu être monté rapidement, GPA France, France Equipement, BIHR, les Laboratoires Fenioux Châteauroux et mon patron, pour m’avoir libéré toute cette semaine pour accomplir ce projet !

 

Prochaine étape, finale du Promosport au circuit Carole les 8 et 9 octobre, où la vache Milka reprends du service pour une dernière pige en Promo 500 Cup !

 

Aurelien CHEVALLIER



Cliquez pour agrandir l'image
Aurelien CHEVALLIER (Kevin Tourtier)
Aurelien CHEVALLIER (Kevin Tourtier)
  • Dans la même catégorie

Plus de news »

Publicité